« Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                    « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                      « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                     « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                    « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                    « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                      « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                     « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »

Préserver la Création  

Reflets 46

Partagez :

Changer de comportement –

« un changement de comportement : ne plus prendre l’avion que très exceptionnellement, maximiser le covoiturage, manger moins de viande, consommer le maximum de l’alimentation en circuit court, maximiser les réparations au lieu de jeter (ex : les chaussures chez le cordonnier), acheter d’occasion, acheter moins de vêtements neufs mais plus qualitatifs donc plus durables, réduire les émissions liées aux emballages en particulier de plastique, remplacer les trajets voiture courte distance en milieu urbain par du vélo.

Consommer moins

(…) Raréfaction des ressources, augmentation de la population mondiale qui aspire à avoir sa part, nécessité de préserver le vivant, tous ces facteurs combinés vont de plus en plus réduire les possibilités de consommer.

Changer notre vision (conversion…)

Nous sommes dans une crise qui hurle, face à notre surdité collective que notre paradigme sociétal de la croissance sans fin ne peut prolonger dans un monde fini. Comme toute crise, elle produit des forces régressives (repli sur soi, peur du manque, du changement) et, en même temps, des forces créatives qui portent l’évolution, celle d’une humanité fondée sur l’entraide.

Décroissance ?

Qu’on veuille l’entendre ou non, que l’on préfère nier ou s’illusionner dans de fausses solutions technologiques, de toute façon nous aurons moins demain. Et l’ego frustré se crispe. L’actualité récente le confirme. Les conflits et les tensions géopolitiques se concentrent autour des ressources. Et deux visions s’opposent, celle de la croissance qui a été le vecteur d’un certain progrès et celle de la protection du vivant, de la sobriété, de la décroissance. Ces divergences de point de vue attisent de nouveaux conflits entre les consommateurs/jouisseurs des ressources et les protecteurs/défenseurs de la planète »

(Jérôme Robert, « Empreinte carbone et empreinte humaine », Reflets n°46, janvier, février, mars 2023, p. 13)

 

Derniers articles
Même sujet
Newsletter
Lettre d’information