« Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                    « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »              « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! » 

Comment savoir qu’on est aimé de Dieu ?

ST SILOUANE 2007-2

Partagez :

L’invulnérabilité –

Savoir qu’on est aimé de Dieu, le croire, s’en émerveiller, en vivre, c’est peut-être ce qu’il y a de plus important dans notre vie. Celui ou celle qui se sait aimé de son Seigneur est invulnérable. Aucun péché, aucune passion ne peuvent l’atteindre. Aucune offense de la part des hommes, ni la persécution, ni la faim, ni la prison, ni même la mort n’ont de pouvoir sur lui (cf. Ps. 90). Ceux même de l’enfer, s’ils se savaient aimés de Dieu – pensons au mauvais Riche de la parabole – seraient sauvés instantanément !

La base de la foi

Nos Pères de la Bible nous donnent l’exemple de personnes qui ont connu l’amour de Dieu pour elles et qui y ont cru. C’est le fondement de l’Alliance. Adam connut l’amour de Dieu après l’avoir trahi, et il se lamentait à la porte du Paradis, comme l’évoque saint Silouane. Abraham crut à l’amour de Dieu et il se mit en route pour une terre nouvelle. Bien plus, sa foi en cet amour était si grande qu’il accepta de lui offrir Isaac, son propre fils. Et que dire de Noé, des prophètes, de Moïse et de la Mère de Dieu elle-même ? La foi est principalement fondée sur la conviction d’être aimé de Dieu.

Dieu humain

Celui qui parle dans les Psaumes connaît l’amour de Dieu pour lui parce qu’Il le délivre de ses ennemis extérieurs et intérieurs. Lisons et relisons sans cesse ces poèmes pour nous pénétrer de la réalité de l’amour de Dieu pour chacun de nous personnellement et pour tous les hommes. Mais c’est par le Seigneur Jésus que nous connaissons cet amour du Père céleste. Jésus le Messie manifeste cet amour par sa venue dans le monde en se faisant homme, par sa parole, par son exemple magnifique. Par sa croix, Il a prouvé son amour pour chacun d’entre nous ; par sa résurrection, Il a manifesté que son amour pour les hommes est plus fort que la mort. Il nous montre encore son amour en nous donnant, selon notre foi, l’Esprit qui jaillit du Père, et en se faisant lui-même continuellement « présent avec nous » et « parmi nous », par ce même Esprit.

L’inefficacité

Toutes ces paroles et ces affirmations restent pourtant sans efficacité. Elles sont belles ; elles sont touchantes ; on peut nous les redire sans fin, comme ces mouvements qui répètent ou qui chantent à l’envie et sur tous les tons « Jesus loves you » ou « Jesus loves me » ! Qu’est-ce qui fait qu’on n’y croit pas ? Pourquoi est-ce que cela ne nous touche pas, ou nous paraît infantile ? La raison en est que seul l’Esprit saint peut infuser dans le cœur de celui qui croit cette révélation, ou bouleverser par elle le cœur de celui qui ne croyait pas,.

Le saint Esprit

Saint Jean l’Évangéliste l’exprime longuement dans ses épîtres : Dieu a l’initiative de l’amour. Je suis d’abord aimé, telle est la révélation. Mais cette affirmation prendra corps dans mon cœur par la grâce du saint Esprit. C’est alors une évidence intérieure, sans arguments, sans preuve. Je suis aimé ! Je suis aimé indépendamment de mes qualités, de mes défauts, de mes péchés ou de mes vertus : inconditionnellement. Je suis aimé pour moi-même. Mais ce n’est pas une idée. C’est un ressenti. David lui-même le dit « montre-moi ta miséricorde ! » Nous pouvons demander au Seigneur de nous révéler, ou de révéler à autrui, l’amour dont Il nous aime : « Seigneur Jésus, par ton saint Esprit, révèle-moi l’amour dont Tu m’aimes ! » ou « révèle à ton serviteur Untel l’amour dont Tu l’aimes ! »

Aimer en réponse

Bien sûr, le commandement divin est « d’aimer le Seigneur de tout son cœur, de toute sa pensée et de toutes ses forces ». Mais nous pouvons d’autant plus aimer que nous savons dans notre for intérieur que nous le sommes. Dieu étant amour et source de l’amour, à lui appartient l’initiative ; à nous de nous émerveiller d’être aimés et de répondre de tout notre cœur !

(a.p. Marc-Antoine)
Derniers articles
Même sujet
Newsletter
Lettre d’information