« Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                    « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »              « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! » 

L’Université d’été de la Métropole orthodoxe roumaine

intelligence-artificielle-transition-energetique

Partagez :

L’université d’été s’est tenue du 22 au 26 août au centre Sainte Croix en Dordogne.

La réflexion sur le rapport entre technologie et théologie, déjà amorcée l’année dernière, s’est poursuivie par l’approfondissement de la question de l’intelligence artificielle.

Les conférenciers ont explicité ce qu’est l’intelligence artificielle et ce qu’elle n’est pas.

Ils en ont exposé les opportunités, les bienfaits et également les limites, les menaces et l’impact sur chacun de nous.

Nous avons appris à faire la distinction entre personne (hypostase) et individu, empathie et compassion, nature et Création, intelligence et intelligence, réel et virtuel, naturel et artificiel, compétence et performance, dialogue (qui n’existe vraiment qu’entre deux hypostases) et échange, science et foi.

Nous avons pu redire que la foi ne s’oppose pas à la technologie : elle se situe sur un tout autre plan. L’expertise et la qualité des intervenants, qu’ils soient théologiens et/ou scientifiques, ont permis des échanges de haut niveau. Il n’a pas été question d’être pour ou contre, de dire que c’est bien ou mal.

Il s’est vraiment agi de soulever des questions, de nous faire réfléchir, d’éveiller notre conscience de chrétien et notre sens critique.

Cette réflexion nous a offert l’occasion de penser notre place et notre rôle de chrétien orthodoxe dans ce monde technologique :

  • comment résister à l’orgueil, à la tentation de devenir par nous-mêmes Dieu ou un dieu ?
  • comment créer, produire des formes nouvelles bénies par Dieu ?
  • comment ne pas faire tout ce que nous pourrions techniquement faire, comment s’autolimiter ?
  • comment résister à l’attractivité de l’IA voire à son irrésistibilité, pour ne pas sombrer dans l’addiction ?
  • comment assumer notre société par notre participation vigilante ?

Dieu n’est pas absent de ce monde technologique. La grâce de l’Esprit saint est génératrice de projets, d’idées, de perspectives. Alors, comment puis-je, en tant que chrétien orthodoxe, faire la volonté de Dieu dans ce monde sans cesse créé par Lui ? Comment y vivre de manière libre et libératrice ?

La conclusion de cette semaine de réflexion est que le mode de vie divin -l’ascèse, la sobriété, l’amour et le repentir- est l’avenir de l’humanité.

Il y a à être, non pas optimiste ou pessimiste, mais libre et conscient !

Chaque personne-hypostase assume la totalité de la condition humaine, comme le Christ monte sur la Croix pour le monde. L’homme, créé à l’image de Dieu, porte en lui des possibilités extraordinaires.

La réponse est de donner la meilleure version de nous-mêmes, exemplaires, rayonnants, connectés à Dieu 24h/24, dans un dialogue interpersonnel avec Lui.

(S. Inacio)

Derniers articles
Même sujet
Newsletter
Lettre d’information