Imprimer cet article Imprimer cet article

La Protection de la Mère de Dieu

L’évènementmd-protection

Le mois d’octobre est marqué par deux fêtes de la Mère de Dieu : la plus connue est celle du 21, présentation de la Vierge au Temple ; plus discrète et pourtant très belle est celle de la Protection de la Mère de Dieu, fêtée le 1er ou le 28. Elle fait mémoire de la vision qu’eurent saint André le fol en Christ et son disciple, le dimanche 1er octobre 909. En l’église des Blachernes, à Constantinople, ils virent, pendant l’office de vêpres, la Mère de Dieu, entourée des prophètes, des apôtres et des anges. Elle couvrait de son manteau tous les chrétiens. Cette manifestation donna du courage au peuple chrétien pour repousser les envahisseurs de l’Empire. L’icône de l’évènement est exceptionnelle par la façon dont sont exprimés l’espace liturgique et la position de la Mère de Dieu par rapport à l’Église. Comme toujours, une célébration liturgique contient une plénitude de vérité et de sagesse.

Présence de la Vierge

La foi en la Mère de Dieu, fondamentale chez les chrétiens que nous sommes, atteste sa présence invisible mais réelle dans l’Église et dans le monde. L’icône de la fête l’indique. La Vierge est présente corporellement dans la communauté des baptisés qu’on appelle le Corps du Christ. Son assomption corporelle, célébrée le 15 août, quand on fête sa glorieuse Dormition, introduit à ce mystère. Le saint Esprit ouvre les yeux des croyants pour qu’ils voient cette présence de la Vierge, des prophètes, des apôtres et de tous les saints. Les chrétiens glorifient le Christ vrai Dieu et vrai Homme et sa présence corporelle dans son Église, mais ils glorifient également la présence de tous ceux qui, autour de lui, ont fait la volonté du Père et se sont ainsi rendus ses familiers.

La persécution

L’époque que nous vivons, avec les informations qui nous parviennent par tous les canaux des médias, ne doit pas être pour les chrétiens celle du doute, de l’abattement, du découragement, ou, pire encore, celle de l’apostasie. En ce temps, comme dans les jours troublés de l’Histoire biblique et ecclésiale, les croyants assument avec courage l’adversité, ou les menaces de guerre et de persécution. Nous voyons que, dans les pays qui de nos jours subissent la persécution, les chrétiens résistent par la foi. Ils subissent la relégation, l’exil et même les souffrances de la croix, et demeurent dans la foi. Les chrétiens d’autrefois et ceux de notre temps ont le sentiment très fort de la présence du Seigneur et de ses saints ; c’est pourquoi la plupart d’entre eux ne défaille pas. Si la foi n’était qu’une névrose ou qu’une fiction, comme l’avancent certains, ou si Dieu n’était pas, les hommes n’auraient pas cette force intérieure devant la souffrance et devant la mort.

Les apparitions de Marie

La célébration de la Protection de la Mère de Dieu nous rappelle que Celle-ci, quoiqu’Elle ne soit pas à la place du Christ, a cependant une position spirituelle éminente, « au-dessus des chérubins et des séraphins », dans une exceptionnelle proximité de Dieu, dans une exceptionnelle union avec lui. En raison de cette intimité divino humaine dont Marie est l’icône par excellence, nous savons qu’Elle étend son voile, cette relique que l’on vénère dans la cathédrale de Chartres, sur tous ceux qui croient en son Fils et Dieu, le Christ Jésus. Nous le croyons, c’est-à-dire que nous le savons, et que nous vivons de cette conviction intérieure. Mais, dans bien des époques troublées, la Vierge est apparue, dans tous les pays et dans toutes les nations et  Elle a été aperçue, comme ce fut le cas pour saint André et saint Épiphane en cette fête, par plusieurs personnes. Les apparitions de la Vierge ne peuvent pas être niées. Souvent, notamment en Russie, elles donnent naissance à de nouvelles icônes qui portent le nom de l’évènement, par exemple : Pokhrov, la Protection. Notre foi chrétienne, loin d’être seulement une association d’idées et de concepts religieux, ou de valeurs morales, est une conscience très vive de la Présence.

La prière pour le monde

Nous cherchons moins le sens que la présence ; nous cherchons à nous rendre présents à la Présence ; nous appelons la présence de Dieu et de ses saints ; nous savons que le Seigneur « vient, de nouveau, avec gloire » ; et nous invoquons la venue et la présence de la Mère de Dieu sur nos Églises et sur notre pays tout entier, sur ceux qui croient et sur ceux qui ne croient pas, y compris sur les adversaires les plus acharnés de la foi chrétienne. Ceux-ci sont les premiers à qui l’apparition de la Vierge, la vision de son manteau de miséricorde, pourraient apporter le goût, la saveur, la sagesse, d’un mode de comportement divin, celui que nous a montré le Christ. Les chrétiens assument l’actualité la plus brûlante par la prière, le jeûne, l’exemple qu’ils donnent de l’amour du Christ. Ils croient que Celui-ci veut sauver le monde par les prières de sa Mère très pure et de tous ses saints. Tous les chrétiens peuvent s’unir dans une immense prière à la Mère de Dieu pour le monde !