Imprimer cet article Imprimer cet article

La généalogie du Christ: Matthieu 1,1-25

Arbre de Jessé ChartresFils de Dieu, Fils de l’Homme –

Alors que la société civile étudie ou conteste la paternité, l’hérédité et la filiation, la parole évangélique présente le mystère de la généalogie du Fils de Dieu et Fils de l’Homme. « Joseph, l’époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus » est le père adoptif de celui qui fut conçu virginalement en son humanité comme, divinement, par le Père céleste. « Il ne la connut pas jusqu’à ce qu’elle eut enfanté un fils » ne signifie pas que Marie ait eut des relations conjugales après avoir mis au monde le Christ.

La triple virginité

Les chrétiens ont toujours confessé que la Mère de Dieu avait un unique fils et qu’elle n’avait eu de relations conjugales, ni avant la conception, ni pendant, ni après : triple virginité de Marie, signifiée par les trois étoiles sur son icône. Ainsi Jésus est Fils unique et de Dieu et de l’Homme. Sa généalogie est double, comme le dit celle que donne saint Luc : « fils d’Adam, fils de Dieu » (3, 37).

Transfiguration du temps

La généalogie valorise la réalité historique de la communauté humaine et familiale. Elle s’inscrit dans le temps et le transfigure. Spécialement pour la mentalité biblique, le temps est consacré par la promesse et son accomplissement. Le temps est transfiguré par la parole de Dieu qui se promet, qui s’annonce, et qui, finalement, se fait chair. De génération en génération, les hommes assument un temps qui appartient à Dieu et dans lequel Celui-ci accomplit, avec la liberté humaine, sa volonté et ses desseins. La généalogie illustre la fidélité de Dieu à son peuple. Elle fortifie la mémoire, le sens de l’origine et du principe de tout.

Génétique chrétienne

Et les baptisés ont également une double généalogie, l’ADN biologique et la filiation divine par la foi et par l’initiation chrétienne. Nous sommes consanguins du Dieu Homme et nous avons génétiquement pour ancêtres ceux qui sont de la même race spirituelle que lui, comme l’enseigne l’apôtre Pierre, à commencer par la Mère de Dieu, les saints et les martyrs dont le sang divino humain coule dans nos veines. Pour cela, l’Église, Corps et Sang du Verbe incarné, est appelée celle des Pères qui, comme saint Ignace d’Antioche le Porteur de Dieu, fêté en ce jour, nous ont engendrés dans la Foi. La Tradition est notre ADN spirituel et charnel, la transmission et transfusion biologiques et sanguines de la Révélation, de la Vie éternelle et de l’amour du Père et du Fils et du saint Esprit que nous assimilons dans l’Agneau et dans la Coupe du Salut.

(Radio Notre-Dame 20 décembre 2015)