« Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                    « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                      « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                     « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                    « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                    « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                      « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                     « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »

Dimanche de Pentecôte : Jean 7, 37-52 ; 0 à 8, 12.

Thora

Partagez :

Nos racines juives –

Sainte et glorieuse Pentecôte ! Nos racines juives associent en ce jour deux fêtes : la fête des Tentes, Souccot, dont parle l’évangile, et celle de Chavouot, que rapporte la lecture des Actes que nous venons d’entendre. Celle des Tentes a lieu en septembre : elle célèbre la fin des récoltes et  commémore l’Exode. Chavouot est une fête de la récolte du blé et célèbre le don de la Torah sur le mont Sinaï. Ce que nous vivons en ce jour de Pentecôte est à la fois cosmique et historique, gratitude pour les fruits que le Créateur accorde à sa création, la libération de son peuple exilé et la révélation qu’Il lui fait de sa volonté et de sa miséricorde.

Pentecôte de l’an Un

Or la glorieuse Descente de l’Esprit le jour de Chavouot qui suivit la Résurrection du Messie est précisément le moment historique de la distribution généreuse et sans limite que le Père céleste fit des dons de son Esprit, la Torah charismatique. L’Histoire a un sens annoncé par la parole biblique et les évènements qui structurent l’expérience du peuple de Dieu. L’Église a sa source dans la communion trinitaire des Personnes divines et sa fondation ultime quand l’Esprit, qui dans le Principe survolait la Création, se rend présent au milieu de ce même Peuple. La continuité historique du Peuple élu parmi toutes les nations se vérifie quand ces mêmes peuples de la terre répondent à l’appel : en confessant le Sauveur Jésus comme Seigneur et Messie, ils s’ouvrent aux dons de l’Esprit par qui le Père se fait connaître par son Fils unique. Cette synthèse historique ramasse les temps et les lieux, l’invisible et le visible, la chronologie  et l’immuabilité de la Parole de vérité, les profondeurs insondables du temps.

La proclamation de l’identité de Jésus

En ce couronnement de la Pâque du Sauveur et de l’année liturgique entière, en ce jour de Pentecôte, nous entendons la Parole en Personne, le Verbe et Fils unique du Père se révéler comme le Donateur de l’Esprit : «… qu’il vienne à moi et que boive celui qui croit en moi !… Je suis la Lumière du monde ; qui me suit, loin de marcher dans les ténèbres, aura la lumière de la vie ! » Et le Sauveur et Messie ne dit pas cela dans la confidence : Il le crie à pleine voix ! Glorifié par le Père après l’humilité de la Croix, arraché aux puissances de la mort par l’Esprit de ce même Père, Il proclame aujourd’hui Qui Il est et ce qu’Il fait dans le monde. Le Père est la Source première et unique de l’Esprit : le Fils est de celui-ci la Source seconde.

Nous abreuver de l’Esprit

Si nous le suivons, notre Maître, si nous nous nourrissons de sa chair et de son sang précieux, c’est pour recevoir de lui l’Esprit, pour être nous-mêmes, à la ressemblance de son humanité divine, déifiée par l’Esprit qui repose sur lui, qui l’habite et qui jaillit de lui comme Lumière éclatante de vérité et de vie. La vie « spirituelle » est la vie dans l’Esprit ; et elle n’est pas une option : elle est celle, épanouissante, ressemblante au Fils, à laquelle, dès notre modelage au Paradis, nous sommes appelés !

(a.p. Marc-Antoine, « Lumière de l’Orthodoxie », radio Notre-Dame, le 4.06.23)
Derniers articles
Même sujet
Newsletter
Lettre d’information