« Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                    « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                      « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                     « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                    « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                    « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                      « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »                     « Le Christ est né pour nous, venez et adorons-Le ! »

Dimanche 6 août : divine transfiguration du Seigneur

Saint Sisoes

Partagez :

Transfiguration et résurrection –

Nous célébrons aujourd’hui de façon providentielle l’évènement de la Transfiguration du Christ en occurrence avec celui de sa Résurrection. Ces deux évènements structurent l’histoire de l’humanité. En effet, jamais, dans l’histoire universelle, un homme ne s’est ressuscité lui-même. C’est pourquoi nous voyons dans résurrection corporelle de Jésus Christ une manifestation éclatante de sa divinité. D’autre part, jamais dans l’Histoire le Créateur du ciel et de la terre ne s’était fait homme, n’avait déifié la nature humaine et rendu la chair humaine translucide et transparente à sa divinité.

Le statut de la matière

Ces deux évènements spectaculaires sont étroitement liés : le statut de la matière et de la corporéité a changé. La matière et l’esprit ne s’opposent plus comme dans une vision dualiste. Le divin et l’humain ne sont plus séparés. La temporalité et l’éternité ne sont plus antagonistes. Au contraire, la matière et la chair humaine sont transformées de l’intérieur parce qu’elles sont habitées par la Divinité. Bien plus, la matière et le corps ne sont pas seulement l’habitacle d’une divinité qui viendrait s’y loger. Non : la Divinité se fait matière et se fait corps ; Elle se matérialise et se corporifie ; Elle ne s’ « incarne » pas seulement, ce qui voudrait dire seulement qu’elle se loge dans la chair, et elle devient chair, Elle se « carnifie », si l’on peut dire.

La transparence du réel

L’évènement de la Transfiguration, comme celui de la Résurrection, n’est donc pas un phénomène de spiritualisation, qui ferait perdre à la matière sa densité et au corps sa réalité. Au contraire, c’est un phénomène par lequel la matière, gardant sa réalité palpable et sensible, apparaît translucide. Le phénomène a été observé chez des saints chrétiens comme l’Ancien Sisoès et saint Séraphin de Sarov. Il est tout particulièrement caractéristique du miracle eucharistique : le pain et le vin, désignés par le Dieu Homme comme son Corps et son Sang, deviennent, par l’action du saint Esprit, transparents à ce qu’ils sont !

La connaissance du Père

La transfiguration, ou métamorphose, est, non un changement de substance, mais une déification de la matière. Les saints apôtres sur le mont Thabor ont vu Dieu dans l’Homme Jésus ; les baptisés voient Dieu dans le Corps et le Sang du Dieu Homme ; les disciples ont vu le Seigneur dans Jésus qui leur apparaissait, et Thomas a dit : « mon Seigneur et mon Dieu ! ». C’est le saint Esprit qui opère la Transfiguration comme la Résurrection. Celles-ci, comme l’Eucharistie, constituent un phénomène de connaissance. L’Intelligence, non pas supérieure, mais transcendante, se révèle à travers la matière et la corporéité divinisées.

Devenir capable de connaître

Toutefois, il appartient au baptisé, membre du corps sacerdotal et illuminé par les saints mystères, de développer sa capacité à voir Dieu et à le connaître comme Intelligence et Verbe ou Logos transcendant, c’est-à-dire inconnaissable, incompréhensible, irréductible à toute démarche cognitive où le saint Esprit n’oeuvrerait pas. Par la prière, la méditation des saintes Écritures et par l’ascèse purificatrice des passions et du péché, nous nous connectons au Logos invisiblement présent par le saint Esprit. Nous pouvons devenir capables, comme Pierre, Jacques et Jean, de pénétrer par l’Esprit l’insondable présence de l’Intelligence divine dans son monde, en toutes ses créatures et particulièrement en l’homme. Nous pouvons, ainsi connectés, recevoir les messages qu’Il nous adresse par son saint Esprit.

(a.p. Marc-Antoine)
> fresque de saint Sisoès

 

Derniers articles
Même sujet
Newsletter
Lettre d’information