Imprimer cet article Imprimer cet article

Pâques orthodoxe 2016 : icône de la chronologie évangélique

dates-de-paques-2016La question de la date de Pâques cette année, le 1er mai 2016 a suscité de très nombreux commentaires.

Pâques trop tard ?

Voilà donc la majorité du monde chrétien qui a fêté Pâques le 27 mars alors que la plupart des orthodoxes en sont au 2ème dimanche du Grand Carême! Nous fêterons Pâques le 1er mai… certains Chrétiens s’interrogent sur cette date tardive et quelques Orthodoxes (à vrai dire peu nombreux) demandent l’abandon du “comput Alexandrin” (voir plus loin) pour fêter Pâques avec les autres … Il est vrai que cette date tardive étonne d’autant plus que l’équinoxe astronomique est arrivé particulièrement tôt cette année, le 20 mars à 4 heures du matin, et Pâques occidentale aussi est arrivé tôt.
Soulignons toutefois que Pâques orthodoxe peut arriver encore plus tard, jusqu’au 8 mai, que nous ne verrons pas au XXIe siècle, mais nous avons vu le 5 mai en 2013 et 2002 (cela se reproduira en 2024) et ce sera le 6 mai en 2040 (cf. tables sur http://www.abitibi-orthodoxe.ca/page6.html)…

Mais il convient surtout de remarquer que la Pâque juive est tardive elle aussi – du 23 au 30 avril, et ce n’est pas une coïncidence: ainsi, alors que les Occidentaux fêtent la Résurrection prés d’un mois avant, ce qui est contraire à l’évangile et aux canons, les Orthodoxes fêtent la résurrection du Christ juste APRES la Pâque juive, comme il est écrit dans l’Évangile (Jean 12), et respectent donc strictement cette règle que les occidentaux négligent.

Les Chrétiens orientaux suivent depuis 1 500 ans le “comput Alexandrin”, mode de calcul composé au IVe siècle, suivant les décisions de concile de Nicée (327), par les évêques d’Alexandrie et définitivement accepté en 525 quand le moine Denys le Petit (Dionysius Exiguus), a rédigé une table pascale de 95 ans conforme à ce comput (voir précisions et détails du calcul sur http://www.henkreints.nl/cal/audette/calgreg.html#contro .

Les années y sont numérotées à partir de la naissance du Christ, ce qui a institué l’ère chrétienne). Ces tables fixent le départ du calcul au 21 mars (et non à l’équinoxe astronomique qui intervenait alors le 19 ou le 18), rajoutent 3 jours au calcul de la pleine lune pour éviter absolument que Pâques ne tombe avant ou avec la Pâque juive.
LE JOUR DE PÂQUES EST AINSI FIXÉ AU PREMIER DIMANCHE QUI SUIT D’AU MOINS 3 JOURS LA PLEINE LUNE INTERVENANT APRÈS LE 21 MARS (du calendrier julien, évidemment!)
On voit que ce calcul exclu toute observation astronomique. Il fut suivi par l’ensemble de la Chrétienté durant mille ans, du VI au XVIe siècles, et continu à l’être par tous les orthodoxes (sauf l’Église de Finlande, autonome au sein du patriarcat de Constantinople.).

Réforme grégorienne et divisions orthodoxes

Au XVIe siècle, celui de la Réforme, de la naissance du protestantisme et du concile de Trente, l’Occident décida de revenir à l’astronomie et de supprimer les 3 jours introduits par Alexandrie, faisant ainsi souvent tomber Pâques avec ou avant la Pâque juive, contrairement à la règle de Nicée que respecte scrupuleusement l’orthodoxie. Ce calendrier fut instauré par le pape Grégoire XIII dont il porte le nom (bulle “Inter gravissimas”, 24 février 1582); la réforme mit deux siècles à s’imposer en Occident et les orthodoxes l’ayant refusé les Pâques orthodoxe et occidentale ne sont pas souvent ensemble. De fait:
– elles ne sont ensemble que dans 30% des cas,
– ont le plus souvent une semaine d’écart (45% des cas),
– 4 semaines d’écart dans 5% des cas
– et dans 20% des cas l’écart est maximum – 5 semaines comme cette année (un écart de 2 ou 3 semaines est mathématiquement impossible…)
En 1920, le débat fut relancé chez les orthodoxes par une encyclique du patriarcat de Constantinople qui proposait d’adopter le calendrier grégorien comme premier pas de rapprochement avec les Chrétiens occidentaux (!)

Ce projet n’aboutit qu’à créer des divisions entre les orthodoxes:
– seule l’Église autonome de Finlande (qui fait partie du patriarcat de Constantinople) adopta le calendrier grégorien.
– la conférence panorthodoxe convoquée par le patriarche de Constantinople en 1923 proposa un “nouveau calendrier” (appelé aussi calendrier julien réformé ou calendrier grec…), amalgame entre un calendrier grégorien “amélioré” pour les fêtes fixes (il supprimera 1 jour en 2800 qui ne sera pas une année bissextile contrairement au calendrier grégorien classique…) et le comput Alexandrin pour ce qui concerne Pâques et les fêtes mobiles. Ce calendrier est suivi par la majorité des Églises orthodoxes… mais refusé par la majorité de fidèles puisque les Églises de Jérusalem, Russie, Serbie et Géorgie ainsi que les monastères du mont Athos et du Sinaï ne le suivent pas! L’église russe ne participa pas à la conférence de 1923 mais le saint patriarche Tikhon tenta d’instaurer ce Nouveau Calendrier et fut obligé de reculer devant le refus de la majorité des croyants. Des schismes ” Vétéro-calendaristes” se produisirent dans les Églises des Balkans qui l’instaurèrent (Grèce, Bulgarie, Roumanie…) et la diaspora orthodoxe est divisée, des paroisses orthodoxes voisines suivant des calendriers différents…

Le débat a rebondi dans le cadre du processus préconciliaire; le document proposé à la commission préparatoire en 1982 énonçait: “actuellement, selon l’opinion des savants astronomes, le nouveau calendrier est plus juste que l’ancien. Il en résulte que le meilleur moyen de résoudre la question du calendrier et de la pascalie est la reconnaissance par toutes les Églises orthodoxes du nouveau calendrier, tant en ce qui concerne les fêtes fixes que pour la pascalie…” Les délégués des Églises russe, serbe et de Jérusalem s’y opposèrent en arguant de difficultés pastorales et le document finalement adopté, se limitait à constater qu’«actuellement, le passage de toutes les Églises locales au calendrier julien rectifié s’avère impossible» (1).
Le patriarche de Moscou Cyrille a clos le débat fin 2015 en déclarant: “Le thème « de la fixation d’une date de Pâques plus exacte » n’est absolument pas d’actualité pour l’Église orthodoxe et ne peut que semer le trouble parmi de nombreux fidèles,” (2) et cet avis est visiblement partagé par les Églises orthodoxes puisque la question du calendrier a été retirée de l’ordre du jour du Concile panorthodoxe…


Maintien de la tradition orthodoxe et début d’unification

En fait ce débat résulte d’une contamination par la pensée théologique occidentale, fondée sur le primat de la “vérité scientifique”, alors que la pensée orthodoxe est fondée sur le respect de la Tradition. «Nous gardons la Tradition comme nous l’avons reçue », écrit saint Jean Damascène et, pour Vladimir Lossky “la Tradition est la vie du Saint Esprit dans l’Église”(3); si “le Salut ne dépend pas du calendrier”, comme l’a dit le futur patriarche Cyrille en 2004 (4), le calendrier julien n’en reste pas moins une partie intégrante de cette Tradition, d’autant que c’est ce calendrier qui était en vigueur au temps du Christ et a donc marqué les différentes étapes de Sa vie terrestre ainsi que toute l’histoire du Christianisme.

Notons pour finir que toutes les Eglises catholiques de Terre Sainte ont définitivement adopté le comput Alexandrin pour la célébration de Pâques à partir de 2015 (5) …Voilà un pas dans le bon sens mais on peut se demander si c’est bien cela qu’avait en vue le pape François en proposant d’unifier la date de Pâques.

Sources

(1) Conférence du métropolite Hilarion de Volokolamsk au sujet du saint et grand concile de l’Eglise orthodoxehttps://mospat.ru/fr/2011/11/03/news50923/, https://mospat.ru/fr/2011/11/03/news50923/).
(2) https://mospat.ru/fr/2016/01/22/news127085/
(3) In Mgr KalistosWare, “L’Orthodoxie, l’Église des sept conciles”, Cerf 2002, p.251 et 252.
(4) http://www.trud.ru/article/05-06-2004/72679_chitateljam_truda_otvechaet_mitropolit_smolenskij_.html
(5) Cf. http://www.chretiensdorient.com/article-terre-sainte-catholiques-et-orthodoxes-fetent-paques-en-meme-temps-116564150.html

V.Golovanow

Rédigé par Parlons D’orthodoxie le 12 Avril 2016