Imprimer cet article Imprimer cet article

Les Musulmans suivent en ce moment le Ramadan : est-ce que cela concerne les chrétiens ?

Se réjouir pour les autres –

Le Christ n’a pas fondé une secte. Le Fils de Dieu fait Homme a manifesté la plénitude de l’amour du Père céleste pour tous les hommes. Il a souvent donné en exemple aux Juifs traditionnels, dont Il était, les Samaritains de son temps, considérés comme des hérétiques. Les chrétiens peuvent se réjouir pour les autres, même pour leurs ennemis.

Valeur du Ramadan

Période de renforcement religieux de la Communauté – Oumma – et de son identité, et d’expression de l’unité islamique, le Ramadan est l’occasion d’un ressourcement au plus profond de la foi islamique et des valeurs éthiques et spirituelles qu’elle comporte. C’est également une période très festive, notamment après le coucher du soleil !

Encourager les autres croyants

Une attitude chrétienne est, peut-être, d’encourager ceux qui ne croient pas dans le Christ, ou qui ne croient pas du tout, à être authentiquement ce qu’ils pensent devoir être. Qu’un Musulman soit un bon Musulman, et qu’il suive le Ramadan de tout son cœur et en toute pureté : dans les limites de sa voie, il peut être agréable à Dieu, jusqu’à reconnaître, au Dernier Jour, le Christ venant en gloire.

L’exemple des fils d’Ismaël

Nous pouvons saluer chez nos amis musulmans leur sens profond de l’adoration, « islam » voulant dire « soumission » à Dieu, à sa volonté et à sa sagesse. L’Islam comporte historiquement en son sein de grands spirituels, des sages, des mystiques, de grands intellectuels. Ce sens de la transcendance touche particulièrement les chrétiens orthodoxes habitués aux manifestations corporelles de la vénération. Nous honorons également chez nos amis leur sérieux dans la prière et dans le jeûne, qui nous encourage nous-mêmes à suivre la Tradition des saints Pères.

La connaissance mutuelle

L’ignorance, ou la connaissance partielle, engendrent la peur. Nous réjouir pour nos amis musulmans ne veut pas dire renoncer à leur annoncer l’Incarnation du Fils de Dieu et sa Résurrection ; cela ne veut pas dire non plus ignorer ce que subissent les Églises, en Égypte, au Nigéria, et ailleurs… Mais les chrétiens ne sont pas, historiquement, les mieux placés pour juger les autres dans le domaine de l’intolérance ; et, pour pouvoir montrer le Dieu-Homme dans le Christ-Prophète du Coran, il y a l’humiliation de soi, le pardon pour le mal qu’on a fait, et la vision en autrui du meilleur de lui-même. De grands chrétiens ont, à l’époque byzantine, et, plus récemment, au Moyen Orient, dialogué fructueusement avec des Musulmans. Le Christ, Dieu Lui-même, nous apprend que l’amour est la seule alternative à la guerre.

.

> poursuivre la lecture :

  • voir le film “Des hommes et des dieux