Imprimer cet article Imprimer cet article

Faut-il avoir étudié pour prier ?

L’amour de DieuCatéchèse orthodoxe

Le Seigneur a choisi des personnes sans instruction comme apôtres et comme disciples. Pourquoi ? Pour qu’ils ne soient pas tentés d’appuyer leur foi sur des raisonnements humains. Selon saint Paul (1 Corinthiens 1 et 2), la sagesse du monde n’apporte rien à la connaissance de Dieu ; et pour saint Jean (1 Jean 2, 3), nous connaissons le Christ quand l’amour dont nous l’aimons nous pousse à accomplir ses commandements, c’est-à-dire la volonté du Père. Or, cet amour pour Jésus Christ est le signe de la présence du saint Esprit dans le cœur de l’homme. C’est, non par une instruction humaine, mais par la grâce du saint Esprit que l’être humain peut connaître le Seigneur et le prier. Mais les apôtres et les saintes femmes disciples du Seigneur étaient imprégnés de toute la culture biblique !

La Parole

L’Esprit saint agit à travers la parole de Dieu, la Parole en personne qui est Jésus Christ. Plus l’être humain connaît la Parole sous toutes ses formes, plus il peut lui parler : c’est la prière. Prier, c’est parler à Dieu. Nous parlons à quelqu’un que nous connaissons ; plus nous connaissons cette personne, plus nous avons confiance, plus nous lui parlons librement, et plus, surtout, nous reconnaissons les messages que cette Parole nous adresse personnellement. Car prier est également écouter la parole que le Seigneur nous adresse : Il le fait par les paroles que nous ont transmises les Anciens, principalement le saint Évangile, ainsi que les psaumes, le Pentateuque et les Prophètes. Mais Il s’adresse directement à notre cœur, lieu de la conscience la plus profonde de l’être humain, lieu du dialogue divino humain. En étudiant les enseignements des prophètes, des apôtres et des Pères, nous apprenons à reconnaître le Seigneur, à l’identifier, de façon à ne pas être trompés, comme le furent Adam et Ève. Ils étaient sans péché ; mais le diable profita de leur ignorance pour les tromper. La connaissance de la Tradition permet l’exercice du discernement, comme le montre l’exemple de la Mère de Dieu.

La Révélation

Dans la prière, nous nous inspirons continuellement de ce que le Seigneur a révélé de lui-même. L’être humain connaît Dieu parce que Dieu se fait connaître à lui, soit par sa Parole, encore une fois, soit par l’action du saint Esprit. Mais la Parole – ou Verbe – et l’Esprit ont une source commune : le Père. C’est pourquoi, ils sont toujours cohérents dans les messages qu’ils nous adressent. Les psaumes de David, les écrits spirituels des Pères, par exemple Dorothée de Gaza, nous aident à progresser dans la prière, à répondre, avec intelligence, à l’appel que nous adresse le Seigneur. En effet, la vie dans le Christ n’est pas une question purement subjective, ou même arbitraire : elle relève de la connaissance ; elle constitue la connaissance la plus élevée à laquelle l’être humain puisse atteindre dans cette vie et dans l’autre.

La liberté

La culture théologique et biblique, même sommaire, permet à l’être humain d’exercer son intelligence ; de répondre à Dieu avec un cœur conscient. La prière n’est pas une action irréfléchie, sentimentale ou psychique. Elle est une parole pleine de sens, pleine d’amour pour une personne connue, celle du Christ. Nous ne lui disons pas n’importe quoi ! Le fait de le connaître, d’exercer notre pensée en union avec notre cœur profond, est un acte de liberté. Prier, c’est vouloir ce que Dieu veut. Nous aimons librement le Seigneur parce que nous connaissons la vérité à son sujet ; et, plus nous connaissons cette vérité, à la fois par l’étude et par l’action du saint Esprit, plus nous progressons librement vers le Christ, plus nous l’aimons, plus nous nous émerveillons !

La Liturgie

La participation aux offices liturgiques de l’Église est indispensable : c’est précisément dans ce cadre-là que nous viennent les informations que Dieu adresse à son peuple. Il nous parle également par ses anges : mais ceux-ci ne disent jamais autre chose que ce que Dieu dit de lui-même, de nous et de son monde, précisément parce que c’est de la parole du Seigneur qu’ils sont les messagers.