« Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                    « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »              « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                   « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! »                  « Gloire à ta miséricorde infinie, Seigneur, gloire à toi ! » 

Pourquoi le Seigneur Jésus prie-t-Il ?

Saint Jean le Theologien

Partagez :

La prière de Jésus –

Dans le saint Évangile, nombreux sont les passages où nous entendons que le Seigneur Jésus Christ priait : Il se retirait pour prier (Luc 5, 16), Il priait publiquement (Matthieu 14, 19), Il priait le Père (Matthieu 26, 42 ; Jean 17, 1-26). La prière est une des caractéristiques de sa personnalité et de son comportement. Il se situe dans la grande lignée des prophètes de tous les temps, ces hommes et ces femmes de prière que nous rencontrons presque à chaque page de la Bible.

L’identité de Jésus

Le Seigneur Jésus Christ, tel que nous le glorifions dans le Symbole de la foi, à la suite de la première communauté de baptisés et des saints conciles œcuméniques, est le Verbe ou Parole du Père, « engendré par le Père avant les siècles ». Saint Jean le Théologien le magnifie ainsi dans le prologue de l’évangile qui est placé sous son nom. Jésus est Dieu, comme le Père est Dieu et comme l’Esprit est Dieu. Mais Il est la seule personne ou hypostase divine à s’être incarnée, plus précisément à s’être fait chair et s’être fait homme. La vraie foi le glorifie ainsi comme vrai dieu et vrai homme. Sa personne ou hypostase est divine et assume simultanément et sans confusion la divinité totale et l’humanité totale.

A-t-Il besoin de prier ?

Dieu est sans besoin. La prière de Jésus le Verbe exprime l’amour du Fils pour le Père. Elle nous révèle que le Verbe aime être en dialogue avec le Père et l’Esprit. Les moments où nous savons qu’Il prie nous dévoilent un peu de l’intimité divine, cette admirable et inconcevable communion du Père et du Fils et du saint Esprit ; cette intimité et cette union totales et pourtant sans confusion ; cette divine interpénétration et hospitalité mutuelle : les personnes ou hypostases sont l’une en l’autre, amour ineffable et absolu. Non seulement le Fils prie, mais l’Esprit prie (2 Corinthiens 1, 22) et le Père prie (Jean 8, 54). La vie interne de la Divinité, autant que nous puissions en recevoir la révélation, est prière, glorification mutuelle et communion d’amour.

L’exemple du Maître

Le Christ est notre pédagogue, comme l’Esprit est également notre pédagogue ou Paraclet. Le Maître enseigne ses disciples par l’exemple. La plus grande partie de ce qui est rapporté du Seigneur Jésus Christ dans le saint Évangile, jusqu’à l’expérience-même de la Croix, concerne cette pédagogie de l’exemple. Ce que fait le Maître, Il le fait pour montrer au disciple la voie qui conduit à la connaissance du Père. Le Sauveur et Dieu Jésus nous a enseigné une prière, le Notre-Père. Et, pour le reste, Il nous a enseigné à faire ceci ou cela « en mémoire de lui », c’est-à-dire pour assimiler son mode divin de comportement. Il est par excellence homme de prière, tout en étant par essence prière, en tant que Dieu. Il révèle que l’homme est prière.

L’humanité réelle

Le Seigneur Jésus Christ, par sa prière, nous révèle, non seulement l’intimité de sa divinité – par exemple dans le chapitre 17 de Saint-Jean -, mais encore son humanité réelle. Il se fait la voie des hommes pour exprimer leurs besoins.  A Gethsémani, par exemple, Il a été, par sa prière, jusque dans la profondeur pathétique de la condition humaine ; comme Dieu, Il a sanctifié de l’intérieur l’humanité réelle ; sur la Croix, Il a, comme un homme véritable, crié de désespoir vers le Père : « mon Dieu ! Pourquoi ? » Vrai Dieu, Jésus est également vrai Homme : sa prière le montre. Nous apprenons ainsi, à partir du saint Évangile, à lire les psaumes : c’est Lui, le Verbe du Père, qui prononce les paroles si humaines et si vraies que nous prononçons à notre tour dans la lecture quotidienne du Psautier : « Seigneur, exauce ma prière ! » (psaume 142). Il est l’homme souffrant ainsi que l’homme glorifié par le Père céleste.

(a.p. Marc-Antoine)

 

 

Derniers articles
Même sujet
Newsletter
Lettre d’information