Imprimer cet article Imprimer cet article

Le projet « Mariage pour tous » : point de vue musulman

La position coranique

« […] Le mariage fait l’objet d’un encadrement particulier dans la jurisprudence musulmane, comme en témoignent les nombreux textes coraniques et traditions prophétiques qui traitent des questions du statut personnel et de la famille […] le mariage, selon la tradition musulmane, est un pacte fondé sur le consentement mutuel en vue d’établir une union légale et durable (Coran 4, 21), entre un homme et une femme. Il a pour but la vie dans la fidélité réciproque et la fondation d’une famille stable sous la direction des deux époux. De ce fait, la non-conformité du « mariage homosexuel » avec les principes de le jurisprudence musulmane fait l’unanimité au sein de toutes les écoles juridiques musulmanes.

[…] Le fait que deux personnes du même sexe puissent déployer tous les moyens pour donner à un enfant de l’amour et de l’affection ne peut être un argument pour relativiser une donnée anthropologique et psychologique fondamentale qu’est le besoin d’un enfant d’avoir une filiation réelle issue d’une mère et d’un père.

Pour un débat serein

[…] L’opposition du culte musulman au mariage de deux personnes du même sexe étant réaffirmée, nous devons ajouter que, compte tenu du principe de laïcité qui tient compte de la diversité et de la pluralité des religions et des convictions au sein de notre société, nous sommes conscients que les règles et les normes d’une religion ne peuvent être mises en avant pour s’opposer ou se soustraire aux normes et aux règles de la République qui s’appliquent à tous. Ces règles républicaines doivent être le résultat de débats et de choix démocratiques ouverts à tous les citoyens quelles que soient leurs conditions ou leurs convictions.

La famille et l’enfant

[…] Le principe de l’accès sans discrimination à une institution ne peut être dissocié de la mission assignée à cette institution. […]

La mission du mariage ne peut être réduite à la reconnaissance d’un lien amoureux entre deux personnes ou à leur volonté de vivre ensemble. Sa mission est aussi la fondation d’une famille stable sous la direction des deux époux.

Sur l’opportunité de légiférer

Ce pacte entre un homme et une femme crée une relation de filiation réelle et structurante non seulement de la relation de l’individu avec ses ascendants et ses descendants, mais également de sa relation avec les autres membres de la société (Coran, 49, 13).

[…] Le nombre des couples homosexuels concernés par ce projet de loi étant très réduit, nous nous interrogeons sur l’opportunité d’introduire, par son adoption, une évolution importante dans la vie en société avec le risque d’ouvrir un débat passionnel, qui divise au moment où il y a nécessité de concentrer les efforts de tous sur les priorités et les défis importants qui se présentent à notre pays en cette période difficile de grande crise économique et sociale.

[…] Le risque d’emprunter, par la transformation d’un grand principe régulateur qu’est la filiation, un chemin irréversible qui engage la société d’aujourd’hui et de demain dans un avenir incertain est très grand […].

Mohammed Moussaoui, président du Conseil Français du Culte Musulman. http://www.lecfcm.fr/?p=3127