Imprimer cet article Imprimer cet article

La Nuit des Veilleurs

Du 22 au 23 juin 2013, aura lieu, à l’appel de l’ACAT, comme chaque année, une veillée de tous les chrétiens qui prieront pour les victimes de la torture. Une attitude vraiment chrétienne consiste à prier également pour les bourreaux et tous les fauteurs de torture.

Esprit œcuménique

« L’ACAT (Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) appelle chacun à prier un quart d’heure ou plus, seul ou avec d’autres, chez soi ou lors de veillées organisées localement. » (Lettre aux paroisses catholiques, orthodoxes, protestantes). L’Église orthodoxe célèbre précisément, le 22 en vigile et le 23 dans la solennité, la glorieuse Descente du saint Esprit le jour de la Pentecôte. La coïncidence semble providentielle. Il est facile d’introduire au cours des offices, notamment la divine liturgie, une prière spéciale (voir la prière jointe), et d’assumer ainsi une belle démarche spirituelle inter chrétienne. Un des aspects de l’œcuménisme chrétien consiste à trouver des positions communes, notamment en faveur de l’homme et de la création tout entière. Qui défend l’Homme défend Dieu.

La présence du Christ

Prions ensemble pour les victimes de la torture et leurs tortionnaires. « La mission de l’ACAT est de sensibiliser, notamment les chrétiens » (ibid.) qui croient que l’homme est à l’image de Dieu, au scandale de la torture. Ce que vous faites à un être humain, c’est à moi que vous le faites (cf. Matt. 25, 31-46). Le Christ est supplicié dans ceux que l’on torture. « Les militants de l’ACAT ont choisi de soutenir les victimes de la torture, en intervenant et en intercédant en leur faveur » (ibid.)

« À l’ACAT, orthodoxes, protestants et catholiques, ensemble, tous puisent le sens et la puissance de leur action au profond de leur foi. » Le Christ est la source de toute pensée, de toute parole et de toute action agréable au Père. La prière elle-même naît de la foi ; elle fonde l’action et la couronne ; elle est la première action juste.

« À l’occasion du 26 juin, Journée internationale de soutien aux victimes de la torture, l’ACAT mobilise des chrétiens de tous les continents, dans plus d’une cinquantaine de pays. »

Pourquoi prier pour les bourreaux ?

Le Christ, le Torturé du Golgotha, en a donné l’exemple et a enseigné l’amour pour les ennemis. Sa résurrection est le triomphe de l’amour sur la haine, du pardon sur la vengeance. Il a imploré le Père céleste pour le pardon de ceux qui l’avaient mis en croix. Ses disciples prient pour que les tortionnaires ne soient pas à leur tour tourmentés dans les supplices éternels (Matt. 25, 46). Le tortionnaire, qu’il agisse de sa propre initiative, ou sur ordre d’autrui, est plus misérable que sa victime, si l’on pense qu’il n’y a pas que ce monde, et que, dans celui qui vient, il est préparé un jugement pour les méchants. C’est à l’heure même de ce Jugement que nous prions. La prière pour les bourreaux se fait devant le Tribunal redoutable de la miséricorde divine. Car il est terrible, pour qui a tourmenté son frère, « le plus petit », l’enfant nouveau-né ou à naître, l’embryon à peine formé, de se trouver en face de l’amour absolu…

> La prière pour les victimes de la torture et de leurs bourreaux