Imprimer cet article Imprimer cet article

« Mariage pour tous », déclaration de la Fédération protestante (extraits) 13.10.2012

L’exigence du corps social

« La question est fondamentalement sociale et collective. Elle relève de la façon dont une société se perçoit et se construit et des symboles dont elle marque le champ de son identité. Or sur ce point, il faut dire clairement que les distinctions opérées entre homosexualité et hétérosexualité ne sont pas fondamentalement le reflet d’un moralisme désuet, mais relèvent d’une exigence profonde du corps social. Celui-ci demande à être structuré, symboliquement et réellement, par la présentation et l’acceptation d’une différence originelle et fondamentale qui traverse jusqu’au plus intime des corps et des manières d’être. Considérer toutes les formes de sexualité comme indifférentes, reviendrait en fait à empêcher toute rencontre véritable et tout métissage réel, parce que tout serait imaginairement mélangé et nivelé.

Valeur de la différence

Le mariage n’est pas la fête de l’amour, la mise en scène de sentiments, mais une organisation sociale qui contribue à structurer les relations en symbolisant la différence entre les générations, entre les sexes, entre épousables et non épousables. Il a toujours, selon ses diverses formes culturelles, voulu mettre “de la clarté dans les faits et de la hiérarchie dans les valeurs” (France Quéré). Il est le lieu où se construisent les rapports entre les sexes et les générations.

Besoin d’un vrai débat

Il ne s’agit pas de morale mais de symbole. C’est pourquoi tout en encourageant ses membres à l’accueil respectueux des personnes homosexuelles, sans contester aux pouvoirs publics leur responsabilité législative, la Fédération protestante estime que l’actuel projet de “mariage pour tous” apporte de la confusion dans la symbolique sociale et ne favorise pas la structuration de la famille. Il n’est pas question ici de morale mais d’anthropologie et de symboles. La Fédération protestante de France souhaite exprimer à cet égard sa très vive préoccupation si, au-delà du “mariage pour tous”, une réforme du droit de la filiation devait s’engager sans être précédée d’un vaste débat public analogue à celui qui a précédé l’adoption des lois de bioéthique par le Parlement »

.

>  texte entier sur le site Fédération Protestante de France

>  à lire : Théologie de la sexualité  Texte de Père Marc-Antoine Costa de Beauregard – 2001

>  et lire également le texte du grand Rabbin de France, Gilles Bernheim