Imprimer cet article Imprimer cet article

Pourquoi l’Église ne se modernise-t-elle pas ?

La différence –

Il y a des personnes qui critiquent l’Église orthodoxe à cause de son refus de se moderniser. Ces personnes sont dérangées par le fait que nous avons aujourd’hui également les mêmes offices que dans le passé, la même iconographie, les mêmes chants, la même architecture, etc. Vu par l’œil d’un homme séparé de Dieu, ceci indique un manque de nouveauté, et donc une stagnation. L’Église orthodoxe ne marche pas au pas et au rythme des changements du monde parce que sa mission est, pas de s’identifier au monde, mais de sanctifier le monde. Quand l’esprit du monde gagne dans l’Église, nous nous trouvons dans une Église sécularisée. Mais cette Église a sur les fidèles un impact de plus en plus faible, parce que, dans une telle Église, l’homme se met en face, non du Christ, mais de lui-même. Et alors les croyants ne trouvent dans l’Église plus rien de différent de ce qu’ils trouvent dans le monde

Institution divine

Nous ne devons pas cacher le fait qu’il y a des célébrants qui, par désir de nouveauté, sont arrivés à un niveau complet d’innovations liturgiques et de compromissions : leur argument est qu’ils font cela pour rapprocher les hommes davantage de Dieu. Nous ne croyons pas que, par exemple, un mariage officié dans la propriété d’un laïc, par exemple, et non dans l’Église, fasse que ceux qui sont présents se précipitent à la suite du Christ, et que s’enflamme en eux le désir de lui.

Si l’Église avait précisément le monde comme fondateur, il serait alors normal qu’elle cherche à s’assimiler le plus possible à lui. Mais puisque qu’elle est liée à Dieu, qui est sans mélange et sans changement, on peut comprendre pour quelle raison elle ne cherche pas à prendre le monde comme modèle.

Le monde blesse l’homme et le rend malade, tandis que l’Église guérit l’homme des blessures de l’âme et du corps. Si l’Église s’identifiait au monde, l’homme ne ferait qu’approfondir ces blessures, les rendre même mortelles par sa présence dans l’Église.

L’homme nouveau

Il ne faut pas se soucier du fait que l’Église est dans une réelle tension avec ce monde. Puisque le Sauveur a dit que « la sagesse de ce monde est folie », c’est un bon signe que l’Église garde une distance entre son propre modèle et celui du monde.

Retenons que, désuète comme elle paraît l’être à certains, l’Église orthodoxe offre pourtant à celui qui vit en elle le modèle du Christ. Or le saint apôtre Paul dit : « si quelqu’un est dans le Christ, il est un être nouveau » (1 Co 5, 17). De là ressort que l’Église n’est réfractaire ni à ce qui est nouveau ni au renouvellement.

Pourquoi l’Église ne marche-t-elle pas au pas du monde ? Parce que Dieu veut que nous soyons, non pas de simples hommes, mais des dieux par grâce. Pour cette raison, elle donne aux croyants, dans le cadre de la sainte liturgie, non pas du pain et du vin, mais le Corps et le Sang du Christ.

.

Site CrestinOrtodox.ro du 19.04.2013. Traduit par nous ; les titres sont de nous