Imprimer cet article Imprimer cet article

Positions judéo chrétiennes communes

La confiance –mosaIque de la création

La rencontre organisée au cours de la troisième semaine d’octobre entre l’Église orthodoxe et la communauté juive apparaît tout à fait agréable à Dieu et providentielle. Dans tous les pays, ce dialogue, qui a, par exemple, en France le nom d’ « amitié judéo-chrétienne », favorise la connaissance réciproque, une amitié confiante, un respect mutuel et un vrai sentiment de fraternité. Nous pensons tous à la paternité spirituelle d’Abraham et à ce qu’elle représente pour nos communautés et pour la civilisation planétaire.

La vision biblique du monde

Elle est enracinée dans la conscience universelle et nous devons l’entretenir constamment. Une sérieuse solidarité existe entre nous, chrétiens et juifs, pour assurer la permanence des valeurs bibliques en ce qui concerne l’être humain et la création tout entière. L’anthropologie biblique, dont nous nous réclamons ensemble, est le fondement de toute réflexion contemporaine concernant la recherche biologique et ses applications dans le domaine éthique.

Défendre l’homme

La civilisation judéo chrétienne est au service de l’homme, elle défend l’homme, elle promeut tout ce qui peut permettre à l’homme d’atteindre sa véritable stature. En effet, c’est dans notre commune Bible qu’il est dit que l’homme, loin d’être un animal comme les autres, ou même un animal évolué ou amélioré, est à l’image de Dieu, et que son projet est de parvenir à la ressemblance de son Créateur. Aucune civilisation dans l’Histoire n’a jamais proposé à l’humanité un projet aussi magnifique.

Sauver la création

En ce qui concerne la création, notre responsabilité commune n’est pas moindre. Juifs et chrétiens, nous savons que le monde n’est pas une chose ; nous savons qu’il est la créature de Dieu, qu’Il est aimé de son Créateur ; que Celui-ci l’a salué d’une exclamation positive en disant de lui qu’il est beau et bon – Tov ! C’est pourquoi, notre responsabilité commune, issue de l’enseignement biblique, peut apporter un immense service au monde contemporain. Celui-ci, grâce à Dieu, développe maintenant des thèmes écologiques nouveaux. Mais la tradition biblique lui fournit les bases, les principes, les idées divines qui lui permettent d’œuvrer pour le salut des créatures. Notre commune tradition biblique est le grand patrimoine dans lequel l’humanité entière puise pour répondre aux questions de son temps.

Ensemble

Ainsi, nous semble-t-il, la relation des croyants juifs et chrétiens relève, non seulement du dialogue si nécessaire à la paix et à la bonne intelligence entre nos communautés, mais également de la coopération pour le bien de l’homme et celui de la création. C’est ensemble également que nous sommes appelés à faire face à toutes les menaces de déshumanisation de l’homme, les menaces de destruction d’un peuple par un autre, les menaces d’asservissement ou d’exploitation. C’est ensemble que nous devons nous lever, non seulement pour défendre la vie, la liberté et la dignité de notre propre peuple, mais pour nous interposer dans toutes les circonstances où l’homme veut faire du mal à l’homme. Abraham répondit à la vocation de susciter un peuple agréable à Dieu. Or l’humanité qui est agréable à Dieu c’est celle qui fait sa volonté ; et nous, juifs et chrétiens, nous connaissons, par la Loi et les Prophètes, par les psaumes, par exemple le 118ème, par l’Alliance sans cesse renouvelée, d’Abraham à Jésus Christ, quelle est la volonté de Dieu pour sa créature humaine et pour son monde entier.

Amour de Dieu et du prochain

L’amour de la paix, de la concorde, de la fraternité, ne procède pas de sentiments humains ou de notions germées dans l’esprit de penseurs privés de la  connaissance de Dieu. Cet amour procède de la révélation faite par Dieu de sa propre bonté, de son propre amour, de sa miséricorde. Aimer le Seigneur et aimer le prochain, vocation commune de tous les hommes  bibliques, est notre programme commun, à nous, chrétiens et juifs engagés dans le fécond dialogue béni par Dieu notre Père.