Imprimer cet article Imprimer cet article

Place de la musique dans la liturgie

Indispensable –Liturgie orthodoxe

« Dans la liturgie telle qu’elle a été conçue et structurée par les Pères du IVe au Xe siècles, et telle qu’elle reste encore assez fidèlement consignée dans les livres liturgiques actuels, l’élément musical est omniprésent. Toute parole destinée à parvenir à l’oreille du participant (à l’exception de l’homélie) doit être chantée ou cantilée, c’est-à-dire supportée par des sons contrôlés, de durée et de hauteur déterminées.

Traditionnelle

Ce véhicule privilégié de la parole peut être un seul ‘ton de récitation’ ou une succession plus complexe de sons. L’essentiel est que ce véhicule soit traditionnel, donc qu’il possède un caractère de pérennité tel que les fidèles le perçoivent spontanément comme faisant partie de leur patrimoine atavique. Ce véhicule sonore est bien de la musique : un enchaînement de sons choisis dans des familles déterminées (les modes) et liés entre eux par des rapports précis de hauteur et de durée. Toutefois, cette musique possède certains caractères particuliers […].

Assimilation

C’est une musique purement vocale, par excellence capable d’exprimer directement et de soutenir la parole tout en assurant sa précision et sa sanctification, son assimilation et sa mémorisation, grâce à une technique d’élaboration formulaire de rythme souple, technique qui doit parvenir à libérer le participant de ses contraintes et de ses passions pour le rendre disponible à l’action de grâce divine.

Les rôles

Dans les rites orthodoxes, les chants construits à partir de ces principes (communs, dans une certaine mesure, à tous les chants chrétiens authentiques) sont répartis en trois groupes d’exécutants : le clergé majeur (célébrants et diacres), les lecteurs et les chantres, l’assemblée (le « peuple royal »). »

(Maxime Kovalevsky, Retrouver la source oubliée, Paris, 1984, p. 134)