Imprimer cet article Imprimer cet article

Pèlerinage inter paroissial à Tours

Une initiative de la paroisse de Chartres –

Samedi 30 juin et dimanche 1er juillet, un pèlerinage était organisé par la paroisse orthodoxe de la Protection de la Mère de Dieu (Chartres). Les reliques de saint Martin, et les lieux où vécut le grand charismatique orthodoxe de l’époque mérovingienne, à Tours et à Marmoutier – « le grand monastère » -, devaient rassembler les membres de plusieurs paroisses orthodoxes dont celle de Louveciennes. Le prêtre Jean-Claude Pennetier, recteur de la paroisse de Chartres, et son épouse France avaient tout prévu pour que ces deux journées de prière et d’amitié restent gravées dans les cœurs. Ils étaient accompagnés du diacre Mircea Rusnac qui, de Paris, vient souvent servir dans la paroisse de Chartres.

Marmoutier et Tours

Le samedi après-midi, les pèlerins ont avons visité l’abbaye de Marmoutier, lieu où saint Martin a vécu sa vocation érémitique. L’office de vêpres du 5ème dimanche après Pentecôte a été célébré dans la chapelle des Lazaristes à Tours, que dessert la paroisse orthodoxe Saint-Nectaire-d’Égine de notre Archevêché. Les religieuses bénédictines de la basilique Saint-Martin ont offert ensuite l’hospitalité pour le repas et pour la nuit.

Témoignage de Père Jean-Claude

Après le diner, le prêtre a longuement parlé de saint Martin, de son attention toute particulière aux pauvres, de son combat pour la foi juste, de son goût pour la prière dans la solitude, et de son élévation à l’épiscopat par le peuple… Père Jean-Claude a parlé avec conviction et grand amour pour le saint Père, disciple de saint Hilaire, propagateur de la foi traditionnelle dans les campagnes et grand thaumaturge. Il a assimilé de façon personnelle et sincère tout le donné de la Vie écrite par saint Sulpice Sévère. Les fidèles ont témoigné avoir été particulièrement émus par cette présentation enthousiaste. Pour les Français comme pour les Roumains, c’était une découverte que celle de la dimension spirituelle du patron de l’Église de France et de son immense autorité charismatique dans l’époque troublée qui fut la sienne.

Les Gadaréniens

Les pèlerins ont ensuite assisté à l’office de complies célébré par les Sœurs gardiennes du tombeau. Le dimanche matin, ils ont célébré dans la chapelle orthodoxe la divine liturgie du 5ème dimanche après la Pentecôte, dont la péricope évangélique rapporte la guérison des démoniaques du pays des Gadaréniens : ce récit correspondait de près à certains épisodes de la vie de saint Martin qui, par la puissance du Christ, exorcisait les démons.

La vénération des reliques

Un autre bon moment d’amitié et de fraternité fut le pique-nique en bord de Loire….

Enfin, pour terminer, le petit groupe d’une trentaine de personnes a chanté l’acathiste de saint Martin devant son tombeau. Les Sœurs l’ayant ouvert, ils ont pu avec grande émotion vénérer les reliques de notre Père parmi les saints, Martin, archevêque de Tours. Une profonde gratitude a rempli le cœur des uns à l’égard des autres, à l’égard du prêtre et de son épouse, à l’égard de saint Martin et à l’égard du Seigneur ! Chacun est reparti, riche de ces beaux moments de prière et de partage.

« Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières de ton serviteur, notre Père parmi les saints, Martin le Miséricordieux, le thaumaturge et l’évêque de Tours, fais-nous miséricorde et sauve-nous : Amen ! »