Imprimer cet article Imprimer cet article

Madrid, 12-15 juin : Congrès de la Métropole

L’évènement

Tous les deux ans, conformément à ses statuts, la Métropole Orthodoxe Roumaine d’Europe Occidentale et Méridionale, tient un congrès général. Chaque fois, cette réunion a lieu dans un diocèse différent de la Métropole : en France, à l’invitation de l’Archevêché orthodoxe roumain d’Europe occidentale ; il y a deux ans, à Rome, dans l’Évêché orthodoxe roumain d’Italie ; cette année, c’était au tour de l’Évêché orthodoxe roumain d’Espagne et du Portugal d’organiser la rencontre. Le lieu choisi par l’évêque Timothée et ses conseillers est un vaste ensemble architectural de conception monastique situé à proximité du magnifique palais de l’Escorial, non loin, donc, de Madrid. Un immense parc entoure cette construction et, tout près, se trouve la Basilique de la Réconciliation où tous les Espagnols peuvent se retrouver.

Les participants

Un peu plus de deux cent personnes composaient l’assemblée du Congrès : les délégués clercs et laïcs des paroisses de chaque éparchie, de nombreux prêtres et diacres du diocèse d’Espagne et du Portugal, ainsi que d’autres membres des divers monastères et paroisses de la Métropole. La réunion était ouverte à tous. Les cinq évêques composant le Synode métropolitain étaient continuellement présents et animaient les séances de travail, la prière et les moments de détente : le métropolite Joseph, l’évêque Silouane (diocèse d’Italie), l’évêque Timothée (diocèse d’Espagne et du Portugal), l’évêque Marc, vicaire de l’Archevêché, et l’évêque Ignace, vicaire de l’évêché qui nous recevait. On pouvait parler les langues de tous les pays convoqués – français, anglais, italien, espagnol, portugais – mais la langue roumaine dominait avec traduction simultanée.

Les travaux

Le thème principal du Congrès était celui de la confession sacramentelle et de la communion. Plusieurs conférences ont servi à introduire la réflexion, sur l’expérience paroissiale contemporaine en Europe occidentale, sur le sacrement de la Communion comme moyen de guérison dans un monde sécularisé, sur la Confession et la Communion au regard de la tradition canonique, et sur la constitution des paroisses et l’activité missionnaire de la Métropole dans la péninsule ibérique ces dernières quatorze années. Suite à chaque exposé, avaient lieu quelques interventions ; mais l’essentiel de la réflexion s’exprimait dans les groupes de discussion animés par des personnes choisies à l’avance. Le résultat des échanges était ensuite, dans une nouvelle réunion plénière, présenté au Congrès. Cette méthode a très bien réussi, et les échanges ont été d’une exceptionnelle qualité spirituelle et théologique. Des publications de ces exposés seront faites ultérieurement dans les deux langues.

La Communion

Le Congrès de la Métropole a culminé dans la célébration de la divine liturgie pontificale, présidée par le métropolite Joseph, dimanche 15 juin, dans l’église roumaine de la Mère de Dieu, à Madrid. Les cinq hiérarques du Synode métropolitaine, vingt prêtres, cinq diacres et un peuple de plusieurs centaines de personnes, formaient l’icône vivante de l’Église, en ce jour de la mémoire de tous les saints de tous les temps. C’était bien le cas de le dire : « Dieu est glorifié dans ses saints ! »