Imprimer cet article Imprimer cet article

Les trois faiblesses de l’homme (S.S. le pape Tawadros II)

Pape Copte Tawadros II« […] Lorsque Dieu le créa, Il voulut que l’homme soit un être vivant en relation permanente avec lui. Il voulut que l’humanité soit le couronnement de la création. En effet, après avoir achevé tout le restant de la création, Il fit son roi sur terre, l’homme qu’Il créa, cette créature vivante en qui se trouve le souffle de la Vie. Mais le péché survint, le fit choir et l’éloigna de ce que Dieu avait voulu pour lui. Après le péché d’Adam et d’Ève, nos premiers parents, l’homme entra en guerre avec le péché sous toutes ses formes, au cours de sa vie.

« Il y a trois faiblesses principales que l’humanité a subies à cause du péché originel.

« La première faiblesse est l’ego qui la domine. Celui-ci est devenu son idole, son dieu. L’être humain s’est mis à s’adorer soi-même, lui, sa puissance et ses désirs. Tout ceci fut le résultat de son égoïsme. Si nous observons le monde nous trouverons que la domination de l’ego peut prendre différentes formes. Ainsi, la personne humaine est devenue son propre dieu.

« La seconde faiblesse consiste en l’hostilité des êtres humains à l’égard de la nature et à l’égard de leurs frères. Ce péché produisit les guerres, les batailles et la violence. Ceci nous rappelle l’histoire primitive de l’humanité, l’histoire d’Abel le Juste qui fut attaqué et assassiné par son frère Caïn, malgré le petit nombre d’êtres humains vivant à cette époque.

« La troisième faiblesse est l’absence d’esprit de joie, qui fut remplacé par la peur. Ainsi, l’homme est devenu un être craintif. Il a peur de tout, même de lui-même. Il peut redouter une autre personne, des animaux, des insectes ou des microbes. Les hommes ont également peur de la nature, par exemple des séismes et des volcans. Ils craignent également certaines circonstances, certains événements, et même quelques étapes de leur vie, comme celle de l’enfance, de la jeunesse ou de l’adolescence. Ils ont également peur lorsqu’ils deviennent adultes en fondant une famille et en ayant des enfants, etc.

« Ainsi exista le péché avec ses trois faiblesses : l’ego dominateur, la propagation de la violence et la peur qui remplit la vie de l’homme. Mais Dieu voulut renouveler et guérir l’humanité par son incarnation et sa naissance.

‘Car Dieu a tellement aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui, au lieu de se perdre, obtienne la vie éternelle.’ (Jn 3, 16). Ainsi la venue de notre Seigneur Jésus Christ était le remède à ces trois faiblesses. Le jour de sa Nativité, les anges chantèrent cette louange qui proclame les trois solutions à ces faiblesses. Ils chantèrent cette hymne qui réjouit le monde entier en disant : ‘Gloire à Dieu au plus haut des cieux ! Paix sur la terre ! Bienveillance parmi les hommes !’ (Lc 3, 14).

« Ces trois solutions sont :

1) la gloire de Dieu dans les lieux très hauts, remède idéal contre l’égoïsme ;

2) la paix sur la terre, remède à la violence qui domine le monde ;

3) la bienveillance – la joie – envers les hommes, troisième solution : l’esprit de joie surpasse toute peur dans la vie de l’être humain.

« Dans son ego, l’homme oublie Dieu et néglige de le louer. Il oublie que la relation avec son créateur lui donne une parfaite humanité, et il commence à s’adorer lui-même. Dans sa vie, il regarde les nouvelles technologies comme de nouvelles divinités. Leur évolution, la multiplication des instruments et des possibilités de communiquer à distance réduisent la taille du monde et l’être humain se concentre sur lui-même, oubliant de se tourner vers Dieu. La glorieuse Nativité vient nous rappeler cette expression :’Gloire à Dieu au plus haut des cieux !’ Il n’est pas possible de remédier à la faiblesse provoquée par l’ego sans communiquer avec Dieu qui nous a créés. Cette relation se fait par une vie spirituelle saine dans tous ses aspects.

« La seconde faiblesse, c’est la violence qui se propage dans le monde. Elle doit être traitée en construisant la paix, comme il est indiqué dans les Béatitudes : ‘Bienheureux les artisans de paix : ils seront appelés fils de Dieu !’ (Mt 5, 9). Construire la paix est la tâche la plus difficile sur terre. Heureux l’être humain qui l’édifie dans sa vie, dans son entourage, dans son pays et dans ses relations avec toutes les autres personnes !

« La troisième faiblesse – la peur qui remplit la vie de l’homme – ne peut être surmontée que par une grande joie. Cette joie est celle de la Nativité de notre Seigneur Jésus Christ pour le bien des hommes. Lorsque l’ange apparut, il dit :’N’ayez pas peur, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple !’ (Lc 2, 10). Cette grande joie peut éliminer cette peur de la vie des hommes. Il y a, dans le nouveau Testament, à l’époque de l’Incarnation de notre Seigneur Jésus Christ et de sa venue, une règle de vie supérieure, celle de la joie qui affronte toute peur dans la vie de l’homme. Pour cela, la vie joyeuse est devenue le signe d’une vie spirituelle saine chez l’être humain. L’homme ne peut pas se réjouir ni dissiper sa peur sans se rapprocher de Dieu. Tant que les humains demeurent étrangers à cela, ils sont incapables de ressentir la joie véritable, continue et permanente.

L’hymne des anges lors de la Nativité de notre Seigneur Jésus Christ est le remède idéal pour ces trois faiblesses dans la vie de l’humanité. L’égoïsme est surmonté par la louange de Dieu et sa glorification. Lorsque vous glorifiez le Seigneur et vous comblez vos cœurs par sa crainte, vous devenez capables de remettre votre ego à sa place pour ne pas qu’il vous domine. Lorsque vous répandez la paix dans votre famille, votre ministère, votre travail, votre église et votre communauté, vous pouvez supprimer toute violence. Lorsque l’esprit de la joie profonde et véritable vous remplira, il surmontera toutes ces faiblesses. Par votre repentir, il ôtera tout péché de votre vie […] » (La Voix de saint Marc, janvier-avril 2015, 41ème année n°25/07)