Imprimer cet article Imprimer cet article

Le sens chrétien des épreuves

Le péché, maladie –

« Les peines qu’endure le pécheur sont moins envoyées par Dieu que permises par lui, et subies comme conséquences de la sortie de l’Homme de son lien avec Dieu, Source de vie. ‘ Le péché est conçu comme une maladie (saint Cyrille : ‘ phtora ‘) contractée par Adam et transmise héréditairement à sa postérité, une maladie mortelle dont la nature humaine tout entière est atteinte et qui l’induit au péché ‘ (Jean Meyendorff, ‘ Le Christ dans la théologie byzantine ‘, Paris, 1969, p.154.). Les ‘ châtiments ‘ – étymologiquement ‘ amendements ‘ : ‘ châtiment ‘, comme ‘ chasteté ‘ est du latin ‘castigare’, redresser, corriger, amender – ne sont pas des punitions à caractère juridique. Ils sont des conséquences organiques d’un affaiblissement de la vie en Dieu, tel un membre pourtant vivant qui tend à se corrompre quand la circulation normale du sang lui fait défaut.

Dieu ne veut pas la souffrance des hommes

Dieu ne veut pas la souffrance de l’être humain : la preuve en est que, les souffrances étant présentes par suite du péché, Il les assume Lui-même, pour les transformer en remède d’impassibilité et d’immortalité. Par l’Incarnation salvifique, par les conséquences miséricordieuses de l’Union hypostatique et notamment de la communication de l’impassibilité à l’Homme, ces peines reçoivent de Dieu le caractère « d’antidote du péché » (D. Stăniloae, « Théologie Dogmatique Orthodoxe », I, p.64), de médicaments. Ici se voit le caractère thérapeutique de la souffrance : ce qui est le symptôme de la maladie devient son remède, en fonction de l’obéissance qui accepte les souffrances et les choisit comme venant de Dieu pour son salut, suivant la parole du Bon Larron : « pour nous c’est justice » (Lc.23, 41; cf. Ps.50, 6), cette justice est pour nous, non pas contre nous, comme la Loi et le Sabbat sont pour  l’Homme.

Dieu ne crée pas le mal

Commentant saint Nicolas Cabasilas (P.G., 150, 513 C), Père Stăniloae dit qu’il est propre à la Divinité, à la Bonté suprême, de changer le mal en bien : « Elle a inventé, dit Cabasilas, dès le début, la souffrance morale, la peine et la mort contre le péché ». Mais Elle n’a pas inventé des maux qui n’existaient pas, car Dieu ne crée aucun mal, et le mal n’est pas une créature. Et, pour ne pas être accusée d’avoir envoyé des maux au genre humain, Elle a Elle-même choisi de souffrir ces maux et d’en faire ainsi des biens. Mais, ce qui est la conséquence de l’éloignement à l’égard de Dieu, Source de tout bien, devient le moyen de s’approcher de lui, proprement par une « conversion », un retournement. Dès le péché, Dieu a permis la mort et la souffrance, non pour condamner le pécheur, mais pour offrir un médicament au malade.

La mort remède

La mort a été tolérée par le Seigneur « pour que le péché ne fût pas immortel » (Saint Grégoire le Théologien, « Discours 38 sur la Théophanie », PG., 36, 324). Père Stăniloae rapporte également les propos de Méthode d’Olympe (« Le Banquet », 9, 2, PG., 18, 181B) : « … afin d’éviter que l’Homme étant immortel, portant en soi le péché, ne naisse pour une condamnation éternelle ». La passibilité et la mortalité, qui sont des possibilités de la nature créée, activées comme souffrance et comme mort par le péché, sont « utilisées par Dieu » (P. Nellas, « La justification dans le Christ selon saint Nicolas Cabasilas», Athènes, 1974, p.100) comme instruments de l’impassibilité et de l’immortalité. Dieu a « converti » au sens propre la souffrance et la mort « perverties » ; Il les a retournées en en faisant des voies du Salut; mais Il a fait cela en passant Lui-même et par la souffrance et par la mort, les réorientant et les investissant de toute sa vie divino-humaine. Il les a converties et divinisées, elles sont devenues en lui, transfigurées par l’impassibilité qu’Il leur communiquait, divine souffrance et divine mort. Ainsi souffrent et meurent les chrétiens, communiant au Christ et à toutes les conséquences de l’Incarnation (Union hypostatique).

Le sens chrétien des épreuves (extrait d’un article à paraître en août)