Imprimer cet article Imprimer cet article

L’appel d’une ministre musulmane anglaise pour les chrétiens d’Orient

Sayeeda Warsi, la ministre anglaise chargée des questions religieuses et des communautés, alerte sur la situation des minorités chrétiennes dans le monde, et particulièrement au Moyen-Orient. Pour elle, les chrétiens seraient même dans certaines régions « en danger d’extinction », a-t-elle expliqué lors d’un discours à l’université de Georgetown, aux États-Unis, rapporte The Guardian.

Des propos que la ministre, elle-même musulmane, a depuis répétés au micro de la BBC : « Je m’inquiète du fait que le berceau du christianisme, cette région du monde où il s’est propagé à l’origine, voie aujourd’hui une grande part de la communauté chrétienne fuir et ceux qui restent être persécutés. Ce qui est tragique, c’est qu’ils sont perçus de nos jours comme des immigrés, traités comme des étrangers alors même qu’ils sont présents dans la région depuis des siècles. »

Dans une tribune publiée par le journal The Telegraph, elle précise encore : « En Irak, la communauté chrétienne a chuté : ils étaient 1,2 million en 1990, ils sont 200.000 aujourd’hui. En Syrie, le bain de sang horrible auquel nous avons assisté a caché l’hémorragie de la population chrétienne dans le pays. Les responsables varient, ce sont tantôt les États, tantôt les terroristes, parfois même des voisins. Et les victimes ne sont pas exclusivement chrétiennes : les Hazaras au Pakistan, les Baha’is en Iran ou encore les Rohingyas en Birmanie, tous sont depuis longtemps montrés du doigt et harcelés en raison de leurs convictions religieuses. »

À la BBC, Sayeeda Warsi a par ailleurs précisé avoir eu de « franches conversations » avec ses homologues pakistanais sur le sujet. « Les politiques ont une responsabilité, qui est de définir et de délimiter dans la loi ce qui peut et ce qui ne peut pas être accepté. Il existe un consensus international, à travers une résolution du Conseil des Droits de l’homme (des Nations Unies) sur le traitement des minorités et le respect des autres religions. Mais il nous faut construire une vraie volonté politique sur ce sujet. »

Et de conclure : ” Bien sûr, il y a eu des périodes de l’histoire où différentes communautés religieuses ont pu être en conflit, mais il y a aussi eu de grands moments de coexistence interreligieuse. Il n’existe pas de choc intrinsèque entre religions.”

(La Vie, Aymeric Christensen, créé le 17/11/2013)