Imprimer cet article Imprimer cet article

La Semaine de l’unité des chrétiens

Les dix lépreux –

La parole que nous avons entendue dimanche 17 (Luc 17, 12-19) comporte, de notre point de vue, un message concernant la Semaine de l’unité des chrétiens qui vient de s’ouvrir. Ce passage est lu pour l’office d’action de grâces dans l’Église orthodoxe. Un des aspects importants de ce qu’on appelle l’« œcuménisme », c’est-à-dire la rencontre, la connaissance mutuelle et le dialogue des divers chrétiens, est précisément la louange, la gratitude, la « reconnaissance ».

Rendre grâces pour autrui

Nous remercions Dieu parce que cette connaissance réciproque des chrétiens, et le fait que nous ayons appris, grâce au Mouvement œcuménique, à nous apprécier, à nous respecter et, éventuellement, à apprendre les uns des autres, ont porté des fruits considérables. C’est l’œuvre du Seigneur autant que celle des hommes les mieux intentionnés. Nous apprenons également à rendre grâces à Dieu pour tout ce qui advient de sage, de bon, d’intelligent dans les communautés chrétiennes, quelles qu’elles soient.

Œcuménisme du témoignage

Cela ne veut pas dire que nous relativisions les sujets qui, objectivement, sont débattus entre nous : aujourd’hui, nous faisons mémoire de saint Marc métropolite d’Éphèse, qui, seul contre un grand nombre, comme l’« étranger » de l’évangile aujourd’hui, disait : « Il n’est pas permis de faire des accommodements en matière de Foi ». Les chrétiens orthodoxes témoignent d’un œcuménisme, non de compromis ou de compromission, mais de témoignage. Le troisième motif d’action de grâces auquel nous pouvons penser est précisément que nous soyons, nous les Orthodoxes, dans la position de témoigner de la Tradition des Apôtres et des Pères, de donner l’exemple de l’expérience des Pères ascétiques et, particulièrement, d’apporter une contribution importante : le témoignage liturgique.

Situation conciliaire

Au 20ème siècle, les Orthodoxes, projetés hors des limites historiques de leurs pays d’origine, ont reçu du Seigneur la mission, pensons-nous, de mettre à la disposition de tous les chrétiens le trésor inaltéré de la Tradition. Il s’est créé, par l’action du saint Esprit, une situation conciliaire entre les chrétiens : les Orthodoxes doivent être les premiers à l’animer. Nous qui sommes souvent, dans les pays où nous vivons, comme l’« étranger », comme le dixième des chrétiens, des chrétiens pas comme les autres, nous rendons grâces, pour les autres – « tous purifiés » par le Nom de Jésus -, que le Seigneur veut renouveler par la « reconnaissance » de la vraie foi.

L’unité de Foi

Nous rendons grâces également pour nous-mêmes, à qui le même Seigneur veut donner l’humilité d’un témoignage authentique, crédible et convainquant. Mais, certes, Il nous donne une responsabilité : il nous est demandé du courage, souvent, pour refuser certains compromis ; et il nous est surtout demandé beaucoup d’amour pour dire avec douceur la vérité à nos amis chrétiens, notre prochain de bonne foi. Que soit béni le Seigneur qui appelle tous les chrétiens à être unis dans la même foi, dans la même fidélité à la Tradition, dans la même « reconnaissance » du Seigneur Jésus !