Imprimer cet article Imprimer cet article

Eugraph Kovalevsky, par Elie de Foucauld

À lire absolument –eugraph-kovalevsky

Enfin : une mise à la disposition du public d’un nombre incalculable de documents, suite à un immense travail de recherche accompli par l’auteur et ses amis ! Le personnage spirituel éminent, le prêtre et l’évêque charismatique tant controversé, tant décrié, si maladroitement admiré parfois, devient accessible. La vérité d’une authentique démarche historique, sans polémique, sans prise de parti, aussi honnête que possible, va, progressivement, rendre possible de rouvrir un dossier fondamental : celui de l’Orthodoxie occidentale.

La chronologie

Le plan de l’ouvrage est rigoureusement chronologique – il aurait pu être thématique, ce n’est pas le choix qui a été fait, précisément par rigueur de méthode. Par voie de conséquence, les thèmes fondamentaux reviennent, de chapitre en chapitre, c’est-à-dire de période en période de la biographie qu’est ce livre, comme des leitmotiv, des refrains, une litanie pour le salut de l’âme de l’Occident. Et, le refrain principal, c’est la redécouverte de la tradition chrétienne authentique, celle des saints Pères d’Orient et d’Occident – tradition du reste antérieure à cette distinction géographique. La grande quête d’unité des chrétiens au 20ème et au 21ème siècle s’interprète alors comme l’aspiration à se retrouver ensemble dans l’Église fondamentale, unique, apostolique, plénière et totale – la seule Église, qualifiée d’orthodoxe, non pour des raisons culturelles, mais parce que l’unité de la Foi est le cœur de l’identité chrétienne.

Là où est l’Esprit, là est l’Église

Citons, pour donner le goût de lire, un très beau passage des pages 175 et 176. « La religion chrétienne n’est pas seulement une morale pratique ou une dogmatique abstraite, mais avant tout une force intérieure qui soutient l’homme, lui donne la possibilité de vivre, de vaincre ses défauts, d’arriver à la paix intérieure, d’être. […] Certes, il peut y avoir parmi les non-orthodoxes des êtres plus moraux et plus sobres ; certes, on peut trouver en dehors de l’Église  des définitions métaphysiques ou dogmatiques plus développées, plus analysées ; une seule chose demeure par excellence propre à Elle, c’est cette force vitale, objective qui réchauffe, qui réjouit, qui pacifie chaque âme de chaque membre : le Saint-Esprit dans l’Église » (E.K. Cahier Saint-Irénée n° 1, 1938)

L’avenir de l’Église

On lira ce livre pour réfléchir à l’avenir de l’Église, non seulement en Occident, mais sur la planète – car depuis le repos de l’évêque Jean, tout s’est planétarisé. Quel christianisme voulons-nous ? Quelle Église pour l’homme d’aujourd’hui et de demain ? À quelle source allons-nous puiser les forces charismatiques dont nous, et nos enfants, aurons besoin pour faire face aux temps paradoxaux qui se dressent maintenant devant nous ? Il ne s’agit pas d’un retour ; il s’agit d’une avancée vers la plénitude, au-delà des formes diplomatiques du dialogue, loin du relativisme ou du nationalisme qui arrangerait bien des gens. Nous cherchons l’Église véritable, celle que nous confessons, en qui nous mettons notre foi. Avec le livre sur Père Eugraph, posons à nouveau la question de l’Orthodoxie occidentale – mais reformulons-la, car le contexte est nouveau.

« Le but essentiel de l’Orthodoxie occidentale…je le définirai par un paradoxe : nous devons être, devenir cent pour cent orthodoxes et cent pour cent occidentaux. En disant cent pour cent orthodoxes, j’ai en vue le domaine religieux, l’expérience intérieure et mystique à travers les siècles qui surpasse l’expérience culturelle occidentale comme orientale ; en disant cent pour cent occidentaux, j’ai en vue l’enracinement de la Révélation dans l’âme et la psychologie propre à chaque pays » (E.K. lettre de mai 1937)

 

Le lien vers le site de vente en ligne du livre est celui-ci : https://www.eugraph-kovalevsky.fr/livres/