Imprimer cet article Imprimer cet article

Canonisation en Terre Sainte de saint Jean le Chozébite

St Jean le ChozebiteLe 31 janvier 2016 aura eu lieu la sainte liturgie patriarcale au monastère Saint-Georges-le-Chozébite, près de Jéricho, laquelle sera présidée par le patriarche de Jérusalem Théophile, assisté par un grand nombre d’évêques, dont le représentant du Patriarcat de Roumanie, l’évêque de Prahova Timothée. Au cours de la Liturgie sera lue la décision synodale d’introduction dans le calendrier du nouveau saint, Jean le Chozébite. Ladite décision a été prise par le Saint-Synode du Patriarcat de Jérusalem en automne 2015. De son côté, le Patriarcat de Roumanie, par une décision du 20 juin 1992, avait déjà introduit le saint dans son propre calendrier. L’Église roumaine vénère la mémoire du saint le 5 août, date de sa dormition. Saint Jean est né le 21 juillet 1913 dans le district de Botoșani, dans le Nord-Est de la Roumanie. À l’âge de six mois, il devint orphelin. Alors qu’il avait 20 ans, il entra comme novice au monastère de Neamț, où il resta trois ans. Le 8 avril 1936 eut lieu sa profession monastique, au cours de laquelle il reçut le nom de Jean. En automne 1935, il visita les Lieux Saints et, après avoir vénéré le Saint Sépulcre, il entra dans la communauté monastique de saint Sabbas, au sein de laquelle il vécut dix ans, obtenant le charisme de la prière ininterrompue. En 1947, avec la bénédiction du patriarche de Roumanie, il fut ordonné diacre et prêtre, et devint higoumène de la skite Saint-Jean-le-Précurseur près du Jourdain. Après cinq ans de dure ascèse, il partit avec le moine Joannice à la grotte de Sainte Anne à Chozéba, près du monastère Saint-Georges-le-Chozébite. Il y vécut dans l’ascèse durant sept ans et décéda le 5 août 1960. Vingt ans après, alors que l’on avait ouvert sa tombe, il s’avéra que son corps était resté incorrompu, avec ses vêtements restés intacts. Les reliques dégageaient un agréable parfum. Ses reliques ont été transférées au monastère Saint-Georges-le-Chozébite, à la chapelle Saint-Étienne, où elles se trouvent jusqu’à maintenant.