Imprimer cet article Imprimer cet article

Le catéchisme reprend : est-ce utile ?

« Enseigner » –

L’enseignement est dans la logique du saint baptême et des engagements pris par les parents à ce moment-là, du choix éducatif qu’ils ont fait. Le Christ nous enjoint de « baptiser » et d’« apprendre à garder tout ce qu’Il nous a commandé » (Mat. 28, 19-20). C’est la responsabilité de la communauté chrétienne, présente de façon active lors de la célébration du baptême, d’assumer la transmission de la révélation parmi ses membres. Elle le fait par l’exemple, par la parole et par la prière mutuelle.

Les parents

La mission des parents est fondamentale. Le couple a reçu, dans le sacrement du couronnement, entre autres grâces, celle de la paternité et de la maternité spirituelles à l’égard des enfants que le Seigneur lui a confiés. Son but éducatif est principalement d’accompagner ceux-ci dans l’accomplissement de la grâce baptismale – en d’autres mots, de les aider à devenir chrétiens. Il est relayé dans cette mission par les parrains et par les divers ministères de l’Église (épiscopat, prêtrise, diaconat, et ordres dits « mineurs »). Le catéchisme paroissial ne se substitue pas à la responsabilité première de la famille. Il la soutient et l’encourage. Les parents ne renoncent donc pas à leur responsabilité pédagogique au profit d’une quelconque institution.

La Liturgie

C’est dans la célébration des saints mystères que se développe principalement la grâce du saint baptême. Aussi, l’enseignement prodigué aux jeunes chrétiens est-il d’abord une préparation à la célébration consciente et gratifiante. Il tend à ce que l’enfant devienne à son tour un gardien et un transmetteur de la tradition du Christ. Les rites et les symboles, l’Icône (par exemple, celle de l’Entrée de la Mère de Dieu au Temple), la parole de Dieu, dans l’Évangile et dans les textes prophétiques, ne sont pas d’emblée explicites. Leur interprétation dégage le sens profond de la présence invisible du Christ dans l’Église (« Je suis avec vous… », Mat. 28, 20). L’apprentissage de la tradition de prière et d’ascèse est, avec la révélation du sens de la vie, au cœur du catéchisme. Certes, le saint Esprit parle directement à l’enfant dans les signes et les paroles. Mais la catéchèse prépare ou guide cette révélation intuitive de Dieu. Elle s’abstient donc d’être trop didactique, et privilégie ce que l’enfant peut découvrir par lui-même grâce à une méthode interactive.

L’actualité

Le catéchisme revêt à notre époque une importance particulière pour aider l’enfant et ses parents à gérer de façon chrétienne la multitude d’informations qui lui parviennent par l’École et par les médias. Le respect de son corps, l’acceptation de son sexe et de la sexualité que le Seigneur lui a confiée ; la prise au sérieux de l’altérité sexuelle donnée par Dieu ; le respect du corps et de la sexualité d’autrui – ces sujets, que les chrétiens n’ont pas suffisamment abordés dans le passé le plus récent, sont maintenant d’une urgente actualité. Leur profondeur se trouve dans les écrits de l’Évangile, d’abord, des Apôtres, et de l’ensemble de la Bible (la Genèse).

Une autre responsabilité de la catéchèse des enfants est dans la lecture chrétienne du monde dans lequel ils vivent. Ils ne savent pas toujours qu’il y a sur terre des enfants moins heureux qu’eux, parce qu’ils ne connaissent pas Dieu, ou parce qu’ils vivent dans la pauvreté ou au milieu des guerres fratricides. Par les médias, les enfants sont informés – ou désinformés – à l’égard de ces réalités : ils les interprètent quelquefois comme les images fictives d’une réalité virtuelle. À l’École même, ils peuvent être exposés à des influences qui contredisent le projet baptismal.