Imprimer cet article Imprimer cet article

Lazare et le mauvais riche : Luc 16, 19-31

La prédication du Verbe –abraham-et-le-pauvre

Le Christ nous parle, aujourd’hui comme chaque fois que le saint Évangile, comme une ligne de communication sans fil, s’ouvre pour la communication du Père céleste avec ses fils et ses filles. Le dimanche est le grand jour où le livre n’est pas seulement un livre, mais un véritable haut-parleur pour la prédication du Verbe en personne. La Parole prêche ! Le Fils unique engendré et Verbe de Dieu enseigne et nous nous levons tous, en ce moment intense, pour écouter de toutes nos oreilles ce que dit le Maître. « Sagesse ! Tenons-nous bien ! Écoutons le saint Évangile ! », proclame le diacre ; et le Christ Lui-même commence, par la bouche du prêtre ou de l’évêque, à nous parler, en nous donnant sa paix : « Paix à tous ! ». Le diacre annonce que la Sagesse en personne est présente et va parler ; et la Sagesse en Personne du Père s’adresse à ses enfants avec douceur, avec amour et avec paix.

Ce que nous dit la Sagesse incréée

Et, en ce jour, que nous dit la Sagesse incréée ? Elle nous dit d’écouter ! C’est son premier enseignement, dans la collection de ses paroles qu’est la Bible : l’importance de l’écoute – « Écoute, Israël ! » – son enseignement permanent une fois qu’Elle s’est faite Homme : mes frères et mes sœurs – les fils et les filles de mon Père – sont ceux qui écoutent la parole et qui la pratiquent. Nous ne pouvons quelquefois plus écouter. La pollution sonore nous assourdit. Qui sait écouter la voix des oiseaux et le chant de la mer ou du vent ? Souvent on s’ennuie s’il faut écouter et qu’on ne sait pas le faire.

Apprendre à écouter

L’Église, l’Israël de Dieu renouvelé par l’humanisation du Fils et la jouvence du saint Esprit, est l’espace où résonne la Parole et où l’on vient pour l’écouter. Une certaine Marie a « la meilleure place », assise aux pieds de Jésus pour l’écouter. Aujourd’hui, le Verbe nous invite encore une fois à écouter Moïse et les prophètes. Qu’est-ce qu’écouter ? – être présent, attentif, tranquille, tendu vers la parole, comme une coupe qui reçoit un liquide précieux. Écouter c’est déjà, dans la liturgie de la Parole, communier. La parole s’écoule dans l’oreille de notre cœur comme  dans une bouche qui s’abreuve au Sang précieux de la Sagesse immolée par amour pour tous. Qui écoute reçoit cette transfusion ; il mémorise la parole, et assimile l’aliment de notre propre sagesse créée, il se nourrit du pain de la Parole, du Corps précieux du Verbe.

Glorifier la Parole en personne

Qui n’écoute ni Moïse ni les prophètes, ne pourra croire en la Résurrection ni célébrer la liturgie des fidèles où le Pain et le Vin de la Parole sont consacrés en son Corps ressuscité. Nous croyons que Jésus Christ « est ressuscité, selon les Écritures ». L’œuvre du Fils incarné est cohérente avec toute la Bible. Le Verbe s’est montré sur le Thabor avec Moïse et le prophète Élie. Comme aux pèlerins d’Emmaüs, Il nous enjoint de croire « tout ce que les prophètes ont dit » et nous enseigne, chez Moise et tous les prophètes, tout ce qui le concerne, pour que nous puissions glorifier Celui qui est en Personne la parole de Dieu.

(Radio Notre-Dame le 30 octobre 2016)