Imprimer cet article Imprimer cet article

La pêche miraculeuse : Luc 5, 1-11 – 27 septembre 2015

 

Pêche miraculeuseL’évangile de ce dimanche annonce la générosité de Dieu. Notre vie de croyants et de disciples de Jésus Christ le Fils de Dieu, naît de l’émerveillement. L’Évangile, la Bonne nouvelle, est une continuelle invitation à s’étonner des merveilles de l’action divine visible et invisible. L’émerveillement conduit à la célébration. Les baptisés sont des célébrants : la grandeur de l’amour de Dieu pour eux et pour toute les créatures les remplit de stupéfaction. La Divinité s’engendre elle-même par générosité – un mot de la même racine : Celui-ci est mon Fils bien aimé, dit le Père.

La première icône de la richesse divine est la création. Dieu crée par surabondance. Il façonne la première humanité par générosité : « Faisons l’homme ! » est une invitation de la Divinité à elle-même, un appel intra divin, irradiant l’amour qui veut que d’autres soient, de façon innombrable et dans une joie sans mesure. Considérons la création, nous voyons bien la créativité du Seigneur à l’œuvre, et comment Il donne sans compter, comment Il multiplie les créatures. Abraham contempla le ciel étoilé et fut rempli d’étonnement. Dans l’évangile de ce jour, les saints apôtres, Pierre, Jacques et Jean éprouvent un sentiment de stupéfaction, un bouleversement de leur âme et de leur corps, un tremblement, car l’étonnement se mue en crainte, en révérence devant la majesté de leur créateur, le Dieu Homme présent devant eux.

La stupéfiante fécondité divine se manifeste ici dans le domaine du visible – sacrement de tout ce que Dieu multiplie invisiblement pour nous ses disciples et pour son monde entier. Dans la prière liturgique, nous bénissons le Seigneur pour tout ce que nous savons et pour tout ce que nous ignorons. La grande anaphore de saint Basile rappelle les bienfaits matériels et spirituels qui nous viennent de notre Maître. Nous faisons mémoire de la richesse que le Seigneur Trois fois Saint manifeste à l’égard de notre personne, de notre famille, non seulement de façon matérielle, en donnant du travail, la santé, un logement et la nourriture, mais également sur le plan immatériel et incréé.

La profusion des dons spirituels, des charismes, des inspirations, des idées qui nous viennent du Père par le saint Esprit en cohérence avec l’enseignement et l’exemple du Fils, est extraordinaire. Nous pouvons développer la conscience des bienfaits spirituels dont nous sommes gâtés tous les jours de notre vie. Et nous pouvons nous émerveiller de la profusion des dons que le Seigneur distribue chez les autres, croyants, chercheurs, savants, artistes, chez ceux qui ne croient pas encore, qui ne s’émerveillent pas encore : ces dons et ces charismes sont plus nombreux et plus variés que les poissons et le sable de la mer.

Comme les saints apôtres, le Christ nous invite à aller à la pêche aux dons : si ces poissons spirituels sont chez nous, dans notre propre barque, ils sont également pour la barque des autres, des autres chrétiens, par exemple ; s’ils ne sont pas à gauche de notre propre bateau, nous les trouverons à droite. Sachons appeler ceux  qui croient autrement que nous à rendre grâce avec nous : telle est l’activité apostolique et missionnaire des baptisés. Avec le filet de la reconnaissance et de la gratitude, avec celui de la crainte de Dieu et de l’émerveillement, puisons encore autour de nous pour connaître et faire connaître combien le Seigneur est bon ! (Radio Notre-Dame 27.9.15).