Imprimer cet article Imprimer cet article

Peut-on parler de création de l’homme ?

Oui ! – creation-adam-eve

En ce qui concerne l’homme, on emploie, bien sûr, de façon générale, le terme de création. On dit que Dieu a créé l’homme. Il est dit dans la préface de saint Jean Chrysostome que nous avons été conduits du non-être à l’être. Et on emploie, surtout dans la traduction française, le même mot pour toutes les créatures, y compris l’homme. Et c’est vrai que l’homme est une créature alors que Dieu est créateur.

Non !

Toutefois, si on regarde le texte biblique, en Genèse 2, 7, on voit qu’il est question, non de création à partir de rien, comme pour le ciel et la terre et les autres créatures, mais de modelage. Dieu a modelé, ou façonné, “plasticizat”, dit P Stàniloae, dans sa Théologie dogmatique, l’être humain à partir des éléments de la création. Il prend la terre et la mêle à l’eau, et Il modèle l’homme. La traduction française de la Genèse en la version es Septante (Le Cerf, Paris, 1986) emploie “faire” dans le premier récit (1, 27) et “façonner” plusieurs fois dans le second récit: 2, 7; 2, 8; 2, 15.

Les Pères

Parmi les saints Pères, qui sont toujours la référence pour les théologiens orthodoxes de tous les temps et particulièrement à notre époque de renouveau de la théologie, c’est saint Irénée de Lyon qui a le plus développé ce thème. Selon lui, la chair est un modelage de limon effectué par Dieu à l’origine en Adam (Adv. Haer. I, 9, 3) ; l’homme est modelé par Dieu (III, 24, 2;IV, 14, 1; 14, 2; V, 14, 2; 36, 3 ; il est plus précisément modelé par le Verbe (III, 21, 10; V, 12, 6), par la main de Dieu (III, 21, 10;V, 15, 2-3; 16, 1), ou par les mains de Dieu, le Verbe et l’Esprit (IV, préf., 4; 20, 1; V, 5, 1; 28, 4); il y a modelage et remodelage par l’Incarnation (V, 15, 3-4; 16, 1); la Résurrection est un second modelage (V, 23, 2).

« Microcosme »

Parler de modelage ou de façonnage, de l’homme signifie qu’il y a une solidarité de l’homme et de la création, un lien entre cosmologie et anthropologie, qu’on retrouve d’ailleurs dans l’expression “microcosme” employé par saint Maxime à propos de l’homme. Cela veut dire que la relation de l’homme à la création comporte une affinité profonde. Il y a beaucoup de développements à apporter à partir de ce thème, notamment dans le domaine de l’écologie et de la responsabilité humaine par rapport à la création, ou dans le domaine ascétique, où le sens de l’abstinence ou du jeûne alimentaires s’éclaire par le fait que l’homme est fait à partir des éléments de la création.