Imprimer cet article Imprimer cet article

Congrès Théologique International sur Père Dumitru Stàniloae (2-5 octobre 2013)

Anniversaires

Le 5 octobre dernier, 20ème anniversaire du repos en Dieu de son serviteur de bienheureuse mémoire et 110ème année de sa naissance, un Congrès – La réception de l’œuvre de Père Dumitru Stàniloae aujourd’hui – a été organisé à Bucarest par le Patriarcat roumain. Les participants étaient venus de plusieurs pays – France (Centre Orthodoxe d’Études et de Recherche Dumitru-Stàniloae à Paris), Belgique, Suisse, Grèce, Russie, Allemagne, et Amérique. Les diverses facultés orthodoxes roumaines, ainsi que l’Institut de théologie protestante de Sibiu, étaient représentés.

Les thèmes

L’œuvre immense du père spirituel roumain reformule les grands thèmes de la vision chrétienne de Dieu, de l’être humain et du monde. Elle réévalue la tradition des Pères, et communique leurs textes par la traduction, rendant ainsi un service inappréciable à notre époque. Ayant pour lui-même découvert avec enthousiasme l’enseignement traditionnel, Père Dumitru a voulu que tous aient part à sa joie – les croyants et ceux qui ne croient pas encore. En effet, les sommets de la pensée humaine sont, non dans la seule science, mais dans la vision théologique du monde, irriguée par l’expérience hésychaste de la prière.

« Réception »

Mais ce témoignage doit être « reçu » : assimilé, restitué ou même reformulé à son tour dans ses prolongements les plus créateurs. Le vaste chantier de traduction française, ouvert aux éditions du Cerf avec la Théologie Dogmatique Orthodoxe, y contribue ; la Théologie ascétique et mystique de l’Église orthodoxe est déjà disponible depuis septembre 2011. Elle est encore mal connue des lecteurs français.

Il s’agit pour notre temps de reconnaître la valeur de l’œuvre entière, « synthèse néo patristique créatrice » (allocution d’ouverture, S.B. le patriarche Daniel), et de poursuivre le travail commencé. Aussi le Patriarcat a-t-il organisé, en 2013, un concours national sur « la vie et l’œuvre de Père Dumitru Stàniloae » ; il a, dans chaque édition du quotidien patriarcal Lumina de Duminica (« Lumière dominicale »), publié une « parole théologique de Père Dumitru Stàniloae » ; il a produit des émissions (Radio TRINITAS et TRINITAS TV), etc. Cette ferveur a été suivie par un grand nombre d’évêques diocésains et d’instituts de théologie.

Illustration

Une belle exposition de l’Œuvre de Père Stàniloae montrait, dans le Palais patriarcal, des éditions anciennes ainsi que des rééditions et la toute nouvelle édition monumentale de ses articles. Un film réalisé par TRINITAS TV rappelait les chapitres les plus importants de la vie de Père Dumitru, avec notamment quelques vues de la prison où il fut retenu pendant cinq ans pour avoir dénoncé ce qui nuit à l’être humain. On comprenait bien que la sainteté de l’être humain se reconnaît, non seulement à l’indispensable confession de la vérité divine, mais encore à l’exemple d’une vie toute dévouée au Seigneur et au prochain.

« Parastas »

Samedi 5 octobre, fut célébré, au monastère Cernica, non loin de Bucarest, un office sur la tombe-même où le saint prêtre et son épouse Maria attendent la résurrection. De nombreux étudiants, des fidèles des paroisses, des gens de tous les milieux, étaient rassemblés. Un tout nouveau volume (Père Dumitru Stàniloae – témoignages et évocations) fut présenté à ce moment. Organisé comme un grand festival, le Congrès s’acheva par l’agape, communion fraternelle illustrant par la vie l’essentiel du témoignage de Père Stàniloae : la théologie de la communion des personnes divines et des personnes créées.

 

(lire un compte-rendu plus complet dans une prochaine livraison d’Apostolia)