Imprimer cet article Imprimer cet article

Qu’est-ce qui est fondamental pour un chrétien orthodoxe?

La vraie foi

Nous choisissons l’Orthodoxie afin d’être chrétiens en plénitude. Reçue des Apôtres et des Pères, confirmée par les sept conciles oecuméniques, cette foi repose, non sur des opinions ou des doctrines humaines, mais sur la révélation faite au monde par le Christ: un seul et unique Dieu glorifié dans le Père, le Fils et l’Esprit ; un seul Engendré, le Fils, Personne divine de la nature divine et de la nature humaine. La prière chrétienne est faite en connaissance de cause! Toutes nos prières expriment la vraie foi, c’est pourquoi on n’en utilise pas d’autre.

L’Eglise

Membres du Corps du Christ, l’Israël de Dieu sans rupture, du premier au second Adam, nous témoignons de la Foi avec tous nos pères et nos anciens – d’Abraham aux Apôtres et aux disciples du Fils de Dieu. L’unité de foi et de vie est exprimée et expérimentée dans la participation à l’assemblée des croyants, la vie liturgique, surtout la liturgie eucharistique: on est chrétien si on communie au corps et au sang vivifiants du Christ – communion dans la foi orthodoxe. Si nous prions dans la solitude, c’est l’Eglise qui prie par nous, et nous prononçons la prière de l’Eglise (hymnes bibliques, psaumes, prières des saints Pères). Si nous agissons, si nous parlons ou si nous pensons, le Christ Tête de l’Eglise nous inspire par son Esprit. La Tradition inclut tout le patrimoine du judaïsme et le fait fructifier par la grâce plénière de Pentecôte. Le chrétien est un Juif spirituel, il se nourrit et s’abreuve à l’unique Parole.

L’amour de Dieu et du prochain

Nous sommes chrétiens quand nous appliquons les commandements donnés par le Christ aux Anciens (Moïse) avant sa venue dans la chair, et prolongés par lui dès son Incarnation, sa Résurrection et la Descente de l’Esprit du Père. Ces préceptes sont un : “aimer, de tout son coeur, de toute sa force et de toute son intelligence, le Seigneur et le prochain”. L’ascèse (jeûne, veille, prosternations, garde des pensées, confession fréquente de ses fautes et prière) sert uniquement à acquérir cet amour. Celui-ci naît d’une extrême attention à la personne d’autrui – divine ou humaine – et d’une préférence d’elle à soi-même. Le chrétien sacrifie sa vie par amour pour Dieu et pour le Frère. Il acquiert ainsi, en ce monde, la connaissance parfaite de la vérité, et, en l’autre, la vie éternelle. Il connaît Dieu, non seulement en l’imitant, mais en assimilant sa pensée et son comportement, en s’unissant à lui au maximum – c’est la divinisation. Dans la société civile, rigoureusement distincte de l’Eglise mais portée maternellement par elle, le chrétien irradie l’amour et la sagesse du Christ autour de soi -responsabilité chrétienne dans le monde.