Imprimer cet article Imprimer cet article

Pourquoi appelons-nous le Christ le « vrai Dieu » ?

Le Dieu bibliqueChrist Raised Border

Le Christ est le même que celui dont parlent les Anciens. Il est vraiment Seigneur, et « le Seigneur est Dieu » (Jos. 22, 34) ; Il est le « vrai Dieu », le « Dieu d’Israël » qu’ils ont cherché et qui s’est laissé trouver par eux » (2 Chr. 15, 3-4) ; Il est « le Dieu véritable » que son peuple connaît par expérience, le Dieu « bon et fidèle » (Sg 12, 27 ; 15, 1 ), le « Dieu véridique » : le Fils du Père « le seul vrai Dieu » (Jean 3, 33 ; 8, 26 ; 17, 3). Le nom donné au Père s’applique à Jésus, parce que celui qui voit le Fils voit le Père (Jn 14, 9) ; Jésus est le resplendissement parfait du Père et, à ce titre, « seul vrai Dieu » à la ressemblance parfaite de celui-ci. Le même nom pourrait être donné à l’Esprit qui reçoit même gloire et même adoration (Symbole de la Foi).

Véridique

Dieu est « vrai », parce qu’Il est digne d’une confiance absolue. Le Christ, le Verbe, est la parole absolue du Père, dont il est dit « ta parole est vérité » (Ps 118). Il est « fidèle » parce qu’Il n’a pas abandonné les hommes malgré leurs transgressions sans nombre ; mais Il est également digne de confiance et de fidélité. Dès le principe, Il a été, avec le Père et l’Esprit, créateur du ciel et de la terre et de tout ce qu’ils renferment, comme le montrent les mosaïques de Saint-Marc à Venise. Nous le croyons sur parole ; Il ne ment pas ; sa parole est créatrice, elle fait être. Il est crédible d’une crédibilité scellée dans le sang versé sur la Croix. Tout ce qu’Il a exprimé de la part du Père depuis le commencement du monde, Il en fait la preuve par sa vie, sa mort et sa résurrection. Quand on lit l’Évangile, on rencontre en sa personne quelqu’un d’admirable, non seulement de bonté et de beauté, mais encore de vérité. Il est la Voie, la Vie et la Vérité (Jean 14, 6), et, en tant que Vérité en personne, Il se manifeste comme lumière pour illuminer les intelligences et les cœurs, comme le jour de la Transfiguration (Mat. 17, 1-8) : « le Verbe est la vraie lumière qui illumine tout homme » (Jean 1, 9).

Le Révélateur du Père

Le Christ révèle totalement la Divinité. Depuis sa venue dans la chair, son Incarnation, plus personne ne peut dire qu’on ne connaît  pas Dieu. Il nous a révélé le Père et nous a appris à le prier. Il nous a fait connaître la volonté du Père, non seulement en l’enseignant, mais en la mettant en pratique par une vie totalement donnée aux autres, une vie sans égoïsme aucun. Il dévoile cette vérité de Dieu dans sa personne divine, et dans son humanité, par laquelle nous avons accès au Père ; et Il nous donne cette vérité divine, de lui-même et du Père, dans le saint et grand mystère de son Corps et de son Sang : Il nourrit de cette vérité ceux qui ont faim et soif d’elle en se donnant.

Le mystagogue de la Trinité

Le Christ, le vrai Dieu, nous fait connaître l’insondable mystère de la triple unité divine, Dieu Père et Fils et saint Esprit. « Vrai Dieu de vrai Dieu » (Symbole de Foi), Jésus nous révèle le mystère de la communion des personnes divines, non par un enseignement extérieur, mais en initiant ceux qui le veulent (Jean 17). Il nous apprend à prier le Père et à attendre de lui l’Esprit « qui est issu de lui ». Par Jésus Christ, l’être humain a accès à la plénitude de la connaissance de Dieu, à la vérité parfaite sur Dieu et de Dieu, et à l’interprétation parfaite de sa parole. Il est Lui-même la vérité des Écritures (Luc 24, 27). Il est le vrai Dieu qui se révèle lui-même dans sa parole écrite et vécue.

La Création

Le Christ est vrai parce qu’Il dit la vérité de l’être humain et du cosmos. Il est la révélation de l’Homme et, à ce titre, non seulement « vrai Dieu », mais « vrai Homme ». En lui et par lui, nous connaissons ce qu’est la nature humaine, sa vocation, son potentiel extraordinaire de devenir une personne à part entière en accédant à la ressemblance avec Dieu. C’est encore le Christ qui est la vérité du cosmos tout entier, non seulement parce qu’Il en est le créateur, mais parce qu’Il a infusé en lui une rationalité et une vérité, une intelligibilité dont Il est le fondement.