Imprimer cet article Imprimer cet article

Le Christ et l’Esprit (Jean 7, 37-52;8, 12)

La Pentecôte

En ce jour de la glorieuse Descente de l’Esprit sur les apôtres, sur tous ceux qui croient en Jésus Christ et, par eux, sur le monde entier, l’évangile met au premier plan la Personne du Sauveur. Nous attendions peut-être qu’il soit question directement du saint Esprit. Or, c’est le Christ dont on parle et qui parle. La foi chrétienne est christocentrique : c’est par le Christ que vient le Salut, par lui que l’on va au Père, par lui que l’on reçoit le saint Esprit, et c’est Lui le centre qui irradie les énergies de l’Esprit vers nous et vers le monde. « Je suis la Lumière du monde ! » est une affirmation étonnante, aussi étonnante que l’autre affirmation : « Je suis la Lumière, la Vérité et la Vie ! » Ces paroles audacieuses sont caractéristiques de la mission de Jésus Christ.

Le Christ Centre de vie

Il se donne comme l’unique Médiateur et l’unique Intercesseur auprès du Père. Il est également l’unique Donateur de l’Esprit : « celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive ! » Le Seigneur Jésus Christ, le Fils unique et Verbe de Dieu, n’est pas la source de l’Esprit : le Père est cette unique Source de l’Esprit comme du Fils lui-même. Mais le Fils, étant rempli de l’Esprit du Père, saturé en quelque sorte par la présence personnelle de l’Esprit et par les énergies de celui-ci en lui, est comme une source seconde de ces énergies. Et de lui s’écoulent celles-ci, comme une eau, pour abreuver ceux qui ont soif de la vie et de la vérité éternelles de Dieu. Cette grande et bonne nouvelle a commencé, souvenons-nous-en, au puits de la Samaritaine : elle nous renvoie à la prière.

La prière du Nom

Quand nous prions le Sauveur, quand nous prononçons le Nom de Jésus, sachons que nous nous approchons d’une personne divine, et que nous prononçons un nom, qui ruissellent. Nous disons le Nom de celui dont s’épanche l’Esprit. Il ne nous exauce pas seulement de l’extérieur, par des actes qui répondent à notre demande. Il nous exauce en faisant que s’écoule de lui vers nous et à l’intérieur de notre cœur la grâce du saint Esprit dont Il déborde. Quand nous nous approchons de Jésus Christ par la prière, c’est comme si nous nous approchions d’un vase débordant d’un infiniment précieux liquide, l’eau de l’Esprit ; ou encore, c’est comme si nous mordions dans un fruit succulent, dont le jus divin se répand entre nos lèvres, dans notre bouche et dans notre être tout entier. Prononcer le Nom de Jésus est ainsi une communion, une alimentation, une désaltération de notre être profond. Jésus, monté librement sur l’arbre de la Croix, est le fruit suave du Paradis que savourent ceux qui croient en lui. C’est pourquoi l’Esprit descend en ce jour : Il jaillit du Père pour susciter en nous la soif de nous abreuver au Fils, afin d’être, nous aussi, comme tous les saints, des sources secondes de ses énergies pour la joie du monde. Gloire à toi, Esprit très saint et très bon, Seigneur, gloire à toi !