Imprimer cet article Imprimer cet article

La Personne de Jésus Christ

L’initiative divineChrist iconostase Louveciennes

« Seulement en tant que Personne, le Logos peut être compris comme Un, comme invisible, comme Celui qui se fait connaître à nous intégralement, par une raison modelée ou par une parole venant de lui, ainsi que par tous les êtres ensemble, dans la mesure où aucun d’eux ne peut se tenir par lui-même. Et ce n’est que dans la mesure où nous sommes des sujets capables d’intelligence, qu’Il peut se révéler par chacune de ces images de ses raisons et, par tous les êtres ensemble, se révéler lui-même intégralement, en tant que Personne. La rationalité des créatures implique une Personne créatrice qui les a pensées et qui continue à les penser. De plus, toute rationalité est une rationalité interpersonnelle. Dans le cas du monde, il existe une personne première qui pense les créatures et les crée, et d’autres personnes auxquelles elles sont adressées pour être pensées en commun. Et leur pensée par nous signifie que nous, en tant que sujets pensants, sommes à l’image du Verbe, qui les a pensées et les a créées pour un dialogue avec nous.

La raison humaine

« Le sujet humain est une raison personnelle pensante, créée dans une correspondance avec les réalités pensées par le Logos divin avant de les créer. Le Logos crée non seulement des objets pensés, mais également des sujets conduits à l’existence selon son image en tant que sujet afin qu’Il les pense dans un dialogue avec lui. Notre position dans ce rapport coïncide avec notre introduction dans l’existence. On peut donc dire que cette introduction elle-même de nous dans l’existence coïncide avec une réponse de notre part à l’appel du Logos, même si au début nous n’avons pas conscience de cela, ou même si nous n’en avons jamais conscience. Nous nous mouvons vers l’existence sur la base d’un appel à exister, qui nous est adressé de la part du Verbe. En advenant à l’existence, nous venons vers le Verbe, seul existant véritable, attirés par lui à partir de rien ; mais nous venons, non pas comme des objets, mais comme des sujets, parce que l’attraction à l’existence est en même temps un appel au dialogue éternel avec lui. Le Verbe se donne de cette façon un alter-ego créé, ou une multitude d’alter-egos. Il donne consistance à un sujet, qui est une sorte de projection pensée et créée, de lui-même […]

Le dialogue divino humain

« Ce dialogue et cet accord sont en développement continuel. Nous comprenons de façon de plus en plus complète les créatures et le but que poursuit la Personne divine par leur intermédiaire ; et la Personne suprême révèle de plus en plus les sens cachés en elles, et infléchit ceux-ci en les combinant en nouvelles liaisons et conjonctures, en collaboration avec nous-mêmes, par la Providence. Ces conjonctures et ces combinaisons constituent autant d’exigences croissantes, adressées à notre intelligence et à notre comportement à l’égard de la Personne suprême et entre nous ; autant d’occasions pour la manifestation de notre amour à son égard et entre nous, correspondances nouvelles de la manifestation de son amour pour nous »

(P Dumitru Stàniloae, Dogmatique II)