Imprimer cet article Imprimer cet article

Comment jeûner ?

Jeûne et abstinence –

Il y a plusieurs aspects dans le jeûne. En français, ce qui n’est pas le cas de toutes les langues, nous avons deux mots. Par “abstinence”, nous signifions le renoncement à certaines nourritures (nourritures animales, huile et vin); par “jeûne”, ou bien nous parlons de la pratique générale sans précision particulière, soit nous parlons du jeûne total (aucune nourriture et aucune boisson), suivant celui qu’accomplit le Sauveur dans le désert. Le premier baptisé venu n’est pas toujours en mesure de pratiquer le jeûne dans ce sens-là; plusieurs exemples se trouvent en revanche dans la vie des saints, notamment celle de certains pères du désert. Mais l’expérience de l’abstinence est proposée à tous les baptisés; nombreux sont également ceux qui pratiquent un jeûne strict pendant une ou deux journées, pour recevoir la grâce d’une communion véritable au Corps et au sang du Christ, celle d’un repentir véritable ou encore, suivant l’exemple donné par saint Jean Cassien, la révélation de certaines paroles de l’Écriture.

L’abstinence des époux

En ce qui concerne le jeûne conjugal, il est proposé à tous les couples, mais ceux-ci font bien de demander à leur prêtre la bénédiction pour le suivre et l’indication de sa durée; c’est une question particulièrement délicate, qui demande conseil et accompagnement.

La quantité

Une façon de pratiquer l’abstinence alimentaire consiste, non seulement à modifier le contenu des repas, mais à en diminuer la quantité. Certains conseillent de sortir de table ayant encore faim et soif; certains conseillent de ne se servir qu’une fois de chaque plat et de ne boire qu’un verre. Les époux eux-mêmes peuvent recevoir le conseil d’espacer les rapports conjugaux prenant la période de carême, au lieu de les suspendre complètement. Chaque baptisé ayant un âge différent, une expérience différente, une origine différente, des forces différentes, il est sage, là encore, que chacun voit avec son prêtre quelle est la mesure appropriée à lui pour l’abstinence ou pour le jeûne.

Le jeûne peut nuire

En tout cas, suivant l’exemple et l’enseignement de notre Maître le Seigneur Jésus Christ, le jeûne ou l’abstinence en eux-mêmes n’ont pas d’intérêt particulier; ils peuvent même conduire à s’éloigner de Dieu par l’orgueil, ce qui est le cas des démons, ou par la vaine gloire, ce qui est le cas de bien des chrétiens. Il est donc indispensable qu’ils soient associés à une prière plus intense et à une lecture plus soutenue de la Parole.

Substitution alimentaire

Un des aspects importants de l’abstinence et du jeûne est le changement de régime, comme l’a enseigné, là encore, notre Maître: on remplace certains aliments par la prière et par la lecture. Les énergies divines portées dans celles-ci compensent largement les énergies créées qu’on trouverait dans les aliments; c’est ce qui explique, du reste, que le jeûne total soit possible à l’être humain. Pour parler encore du jeûne conjugal, si important à notre époque, on peut remplacer la relation corporelle par une tendresse désintéressée, et par la prière commune où se transfigure le désir.

La nourriture future

On peut penser sans se tromper que, dans le Royaume, la nourriture matérielle sera totalement remplacée par celle que procurent l’alimentation par la prière et par la consommation de la Parole. Et la relation des époux, comme l’enseigne le Sauveur, transmuée en communion d’amour des personnes couronnées. En ce sens, l’abstinence ou le jeûne nous préparent au monde qui vient; ils constituent une anticipation de la vie qui est promise aux saints et aux justes dans le Royaume. Pour être plus immédiatement réaliste, on peut dire qu’ils nous aident à nous sanctifier dans les temps difficiles que nous vivons et nous préparent aux temps plus difficiles encore qui peuvent s’annoncer.

(a.p. M.-A.) 01/08/21