Imprimer cet article Imprimer cet article

Combattre les pensées de vaine gloire ?

Lorsque nous prions avec d’autres, il nous arrive souvent des pensées d’orgueil et de “vaine gloire” ; et, si nous les faisons taire un moment, elles reviennent. C’est comme si nous nous comparions aux autres, sans le vouloir.

Nos ennemis nous entourent

Il est indispensable de lutter. Il n’y a pas de Salut sans combat, parce que celui-ci est l’expression de notre liberté ; or, il n’y a de Salut que pour des créatures libres. C’est la réponse que trouve la question du psalmiste : « pourquoi mes ennemis se sont-ils multipliés ? » (Ps.3). Le Seigneur permet que nos ennemis que sont les suggestions (« pensées ») mauvaises nous attaquent afin que nous découvrions l’existence en nous de la liberté, c’est-à-dire de l’image divine et de la grâce du saint baptême. C’est pourquoi également le prophète David dit : « toutes les nations m’ont entouré ; mais au Nom du Seigneur je les ai écartées ! ». Il faut lire tout ce psaume 117 pour comprendre ce qui nous arrive dans la prière et la victoire que nous sommes capables, avec la grâce de Dieu et la puissance de son Nom, de remporter. Or la vanité est un des pires ennemis de ceux qui cherchent Dieu.

L’amour de soi

Cette passion n’a de prise sur nous qu’en raison de l’amour que nous nous portons à nous-mêmes et qui est la racine de tous les péchés, selon saint Maxime et d’autres Pères. La tentation de nous comparer aux autres est liée au besoin psychologique d’être reconnu – par Dieu, par autrui ou par nous-mêmes – et à l’orgueil qui nous inspire d’être au-dessus des autres, éventuellement de les dominer – d’être des dieux… Nous aimons être flattés ou nous flatter. Derrière cela, il y a une aspiration louable : celle de plaire à Dieu, d’être digne de son amour. Mais cette aspiration naturelle, liée à la présence en nous de l’image divine et au projet de ressemblance à Dieu par affiliation à lui, est corrompu par la vanité.

Comment lutter ?

D’abord en les confessant à toute occasion à notre père spirituel. Ensuite, en remerciant le Seigneur si nous pensons lui être agréables : c’est grâce à lui que nous faisons sa volonté ; sans son aide, nous ne saurions même pas prier ; nous ne croirions même pas en lui ! Toutefois, cette prière elle-même comporte, surtout en raison de notre manque d’expérience, le risque de nous glorifier nous-mêmes en pensant remercier Dieu. Notre prière de louange ne doit pas être autre que le fait de rendre à Dieu la gloire qui n’appartient qu’à lui ; Lui-même nous a enseigné: « rendez à Dieu ce qui est à Dieu ! » (Mat. 22, 21). Prions simplement : « Gloire à toi, Seigneur Jésus, gloire à toi ! »

 

> Lire la suite… Combattre les pensées de vaine gloire